« Ségur de la santé » : lancement du volet numérique

Santé

Le Ségur du numérique a pour objectif de généraliser le partage sécurisé des données de santé entre professionnels et citoyens.

Le volet numérique du « Ségur de la santé », présenté comme un « véritable accélérateur » de la feuille de route du Numérique en Santé, a été lancé fin juillet 2021 par le ministère des Solidarités et de la Santé. Ce volet consacrera 2 milliards d’euros aux professionnels de santé et aux éditeurs de logiciels de santé. Objectif : généraliser, sur tout le territoire, le partage sécurisé des données, entre professionnels et patients, grâce à une harmonisation et une optimisation des outils numériques utilisés aujourd’hui par ceux-ci, afin d’améliorer ensemble le parcours de soin et la prise en charge de tous. Le ministère se félicite de promouvoir une « démarche inédite », portée par un « plan d’investissement historique » pour améliorer l’usage du numérique en santé en France.

L’ensemble des logiciels de santé utilisés en France (par les hôpitaux, les médecins, les pharmacies) va ainsi être mis à jour pour intégrer un même socle commun technique. L’État va labelliser et prendre en charge le  financement des nouvelles solutions numériques, sur la base d’une co-construction avec les professionnels de terrain. Au total, plus de 200 personnes des secteurs du numérique et de la santé travaillent sur ce projet, regroupés par métiers (hôpital, médecine de ville…) « pour construire ensemble la santé de demain ».

Le Ségur du numérique a donc pour ambition de rattraper le retard dans la modernisation, la régulation et la sécurisation des systèmes d’information de santé utilisés par les professionnels et les établissements de santé, publics comme privés. La mise à niveau de l’ensemble du parc informatique pour garantir cette interopérabilité sera financée par le ministère des Solidarités et de la Santé. Dès le mois de juillet, les détails des dispositifs de financement ont été communiqués pour l’équipement logiciel pour les secteurs suivants : Imagerie, Biologie médicale, Médecine de ville et Hôpital. Pour les officines de ville et le secteur médico-social, les modalités seront transmises d’ici la fin de l’année. Le Ségur du numérique accompagne aussi la transformation, à travers des financements forfaitaires conditionnés à l’atteinte de cibles d’usage, afin d’engager les établissements de santé dans une démarche d’utilisation de ces nouveaux outils numériques, complète le ministère.

La construction de ce socle numérique commun à tous les logiciels de santé permettra d’alimenter Mon Espace Santé, le projet phare de la feuille de route du numérique en santé. Cet espace de santé numérique unique à chaque citoyen doit être généralisé à toute la population en janvier 2022. D’ici 2 ans, l’ensemble des logiciels utilisés par les professionnels de santé devront être compatibles avec Mon Espace Santé. Et, d’ici 3 ans, l’objectif est d’atteindre les 500 millions de documents échangés par an via cet espace.

Posté le par

Recommander cet article