Colonies de vacances : les animateurs ne veulent pas de 11 heures de repos !

Statut

Selon une enquête réalisée par l’association AEC sur le temps de travail des animateurs de colonies de vacances, ces derniers ne veulent pas de 11 heures de repos quotidien.

Fondée en janvier 2012, l’association Agir ensemble pour les colos (AEC) regroupe des organisateurs de colonies de vacances de tous types, mais aussi et surtout des animateurs, des directeurs de colonies de vacances, des comités d’entreprise et même des parents. AEC a dévoilé, mi-juillet, une enquête réalisée auprès de 958 animateurs et directeurs de colonies de vacances. Rappel : depuis octobre 2011, pour se conformer aux directives européennes sur l’organisation du travail, les animateurs doivent disposer de 11 heures de repos quotidien. Cette obligation a mis tout le secteur en émoi. L’association a donc décidé de les sonder.

L’objectif de l’association est de donner la parole aux principaux concernés par cette réforme, à savoir les animateurs de colonie de vacances. Son enquête exclusive, menée du 1er mars au 5 avril 2012, démontre, « à la fois, un vif intérêt, mais également une position claire et nette de la part des acteurs pédagogiques, puisque 84 % ne veulent pas de « 11 h de repos », explique AEC. « Car ils sont avant tout animés par des ambitions pédagogiques et qu’ils souhaitent vivre l’ensemble du séjour avec les participants », commente l’association. Par ailleurs, plus des trois quarts (77 %) des animateurs souhaiteraient une revalorisation de la rémunération.

Si les résultats de l’enquête sont « édifiants », AEC juge que « les commentaires ne le sont pas moins ! » Voici quelques propos recueillis par l’association auprès des animateurs, sur les 11 h de repos :

– « Je trouve complètement absurde ces 11 h de repos consécutives, moi qui dirige depuis des années des séjours pour la plupart en séjour itinérant. Je ne vois pas comment nous pourrions mettre en place cela. C’est impossible sur des séjours à l’étranger. »

– « Pour les séjours en France, il est difficile de dire à un animateur en pleine animation avec les gamins, attention, tu finis dans 2 h et on se revoit demain dans la matinée. Le rapport ne serait plus le même et l’ambiance des centres de vacances serait différente. Nous ne sommes pas des surveillants, mais des animateurs, et nous avons un rôle à jouer durant ce séjour. C’est l’animation et le côté relationnel avec les jeunes. »

– « Ce décret ne correspond en rien avec la réalité de terrain des centres de vacances et remet en question leur dimension éducative. De nombreux organisateurs de centres de vacances seront dans l’obligation de stopper leurs activités pour des raisons économiques. L’avenir des colos est bel et bien en danger ! Au-delà de ce décret, se profile à l’horizon un inquiétant projet en direction de la jeunesse… donc de notre société. »

– « Je travaille dans un autre domaine d’activité aujourd’hui (ingénierie). À chaque fois que j’ai encadré des colos, je n’ai pas ressenti de gênes particulières liées au sommeil. En revanche, en 15 ans de colo en tant que gamin, j’ai appris beaucoup plus qu’à l’école ! Maintenez les colos, votre cause est importante. »

Fort de cette enquête, AEC pense « qu’il est possible de trouver une troisième voie ! Celle d’un accord cadre entre les syndicats et l’ensemble des organisateurs, qu’ils soient associatifs ou non. » Car la principale revendication des animateurs concerne les salaires, insiste l’association.

Ses membres s’accordent sur la nécessaire revalorisation du minimum salarial. Pour la plupart des organisateurs, l’organisation de temps de repos pendant un séjour fait partie des habitudes et « nous préconisons que les réunions d’équipe ne dépassent pas 23 h 30, afin que les animateurs disposent d’un temps de sommeil suffisant. » Enfin, la plupart des organisateurs prennent en charge financièrement une partie des formations BAFA ou BAFD pour les étudiants ou les demandeurs d’emploi, note l’association. Essentiellement constitué d’animateurs et de directeurs de colonies de vacances, AEC « demande officiellement à rencontrer les organisations syndicales, afin d’envisager un « accord », qui pourra être défendu par nos députés auprès de l’Europe. »

 

Pour en savoir plus :

Livre blanc

Accompagner et former un animateur stagiaire

Téléchargez

Comment accompagner au mieux un animateur débutant ? Comment se positionner lors des temps d’évaluation ? Quelle autonomie laisser à un animateur stagiaire ? Quelles méthodes utiliser pour transmettre ses savoirs et ses compétences ?

Cet extrait du service documentaire Diriger et gérer un accueil de loisirs vous est offert par les Éditions Weka.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum