La municipalité écologiste de Strasbourg s’attaque au stationnement

Urbanisme

Le conseil municipal de Strasbourg, dominé par les écologistes, a voté lundi 20 septembre 2021 en faveur d’une nouvelle « politique du stationnement » visant à réduire le stationnement sur la voirie et à le transférer vers des parkings dédiés.

Les deux délibérations adoptées doivent permettre « un partage de l’espace public plus équitable et plus inclusif », a souligné la maire écologiste de Strasbourg, Jeanne Barseghian. « Il s’agit aussi de relever les défis du changement climatique ». La municipalité souhaite ainsi diminuer le nombre de places de stationnement afin de développer des « offres de mobilité » alternatives à la voiture, « végétaliser les rues », « les doter des trottoirs lorsqu’ils sont insuffisants », de pistes cyclables ou de « jeux pour les familles », et « répondre aux besoins des personnes à mobilité réduite », indiquent les textes adoptés.

Dans ce cadre, le tarif du stationnement résident, facturé 15 euros par mois, devrait être revu à la hausse. « En aucun cas le forfait mensuel ne dépassera 30 euros », a cependant averti Jeanne Barseghian avant le conseil municipal. En parallèle, les résidents seront incités à stationner leurs véhicules dans des « parkings en ouvrage », publics ou privés, existants ou à construire. Les professionnels conserveront, eux, « la possibilité de stationner sur la voirie », notamment pour les livraisons.

Présentée comme une « transformation majeure de l’espace public », cette politique fera l’objet de « concertations » avec les habitants et les professionnels afin d’affiner les mesures qui seront différenciées selon les quartiers. Adoptées à une large majorité, les deux délibérations ont cependant été rejetées par l’opposition. Cette politique « semble faire de la disparition définitive de la voiture un objectif caché, un objectif politique et idéologique au détriment des enjeux de qualité de vie », a fustigé Alain Fontanel, l’un des leaders de l’opposition (proche de LREM), déplorant « les excès et la radicalité » des textes proposés.

Jean-Philippe Vetter (LR) a lui dénoncé une « politique punitive », qui « n’est à l’avantage que d’une partie de la population et qui complique la vie quotidienne ». Il a annoncé avoir recueilli près de 3 000 signatures dans une pétition demandant le maintien du stationnement résident.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2021

Posté le par

Recommander cet article