L’Auvergne pionnière du très haut débit en 2017

Administration

L’Auvergne souhaite devenir en 2017 la première région française entièrement couverte par le très haut débit, avec en moyenne près de deux ans d’avance sur la moyenne des autres régions françaises, a-t-on appris auprès de la région.

Le président de la région René Souchon signera officiellement mardi 16 juillet 2013 le contrat de partenariat avec l’opérateur Orange et l’État. « La France est en retard dans ce secteur d’activité, a souligné René Souchon », lors d’un entretien avec l’AFP. « Nous voulons et nous allons donner un avantage compétitif à l’Auvergne. »

Pionnière déjà en 2009 avec le haut débit, récompensée par un prix européen, l’Auvergne s’engage désormais à couvrir en THD 100 % des foyers d’ici à 2017, après une décision prise à l’unanimité par la région et les 4 conseils généraux (Allier, Puy-de-Dôme, Haute-Loire et Cantal) lors d’une assemblée régionale le 1er juillet.

Ce partenariat contribue à « désenclaver le territoire en offrant à tous les Auvergnats l’accès à l’information », a expliqué le cabinet du président de la région.

Orange, en concurrence avec Axione, filiale du groupe Bouygues, a été choisi après 18 mois de discussions en raison de meilleures garanties sur la sécurité du réseau et sa capacité de diffusion selon la région.

L’accès s’effectuera par fibre optique ou par satellite permettant d’avoir un réseau personnel d’une rapidité au moins supérieure à 8 mégabits par seconde en 2017, pour 100 % de la population. Le coût de cette première tranche (2013-2017) qui en compte trois jusqu’en 2025 pour le déploiement de la fibre optique est évalué à 375 millions d’euros bruts hors taxe.

L’État participe à hauteur de 57,34 millions d’euros, la région et les quatre départements apportant 100 millions.
 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2013

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum