Très haut débit : bientôt une agence du numérique

Administration

Quelque 10 000 foyers supplémentaires s’abonnent au très haut débit chaque mois. Une agence numérique et un observatoire du déploiement du très haut débit devraient être prochainement créés.

Dès la création du gouvernement Valls, le 3 avril, le président de l’Avicca, Yves Rome, a adressé une lettre ouverte au nouveau ministre de l’Industrie, du Redressement productif et du Numérique, Arnaud Montebourg. Il lui rappelle que 62 départements sont aujourd’hui concernés par un projet régional ou départemental de très haut débit, qui a été proposé au Fonds de solidarité numérique (FSN).

Yves Rome souhaite que le plan « France très haut débit » soit rapidement adapté pour répondre aux objectifs, fixés par le président de la République, d’apporter le très haut débit partout en 2022. Par ailleurs, il considère que le plan devra prendre en compte le projet de cession de SFR, qui entraîne une concentration des opérateurs mobiles ; mais une concertation entre l’État, les collectivités et le repreneur de l’opérateur permettrait d’éviter de réviser le plan « France très haut débit ».
 

Articuler

Yves Rome estime que le cahier des charges du FSN devrait être également adapté, afin de prévoir une intervention plus souple des collectivités, en particulier pour qu’il soit possible d’articuler les réseaux d’initiative publique de première génération, qui sont des services d’intérêt économique généraux (Sieg), avec le plan.

Le 6 février, lors d’un point d’étape sur le plan « France très haut débit », le gouvernement annonçait que plus de dix millions de foyers étaient raccordables à la fibre optique – dont seulement trois millions accèdent à internet directement dans leur logement (FTTH ou Fiber To The Home).

Chaque semaine, près de 10 000 foyers supplémentaires sollicitent un abonnement auprès des opérateurs. Fin décembre dernier, 56 départements avaient déposé un dossier auprès du Fonds de solidarité numérique (FSN) pour une première tranche d’investissement de cinq ans, représentant un total de quelque 3,5 millions de prises à l’horizon 2018.

Prochainement, une agence numérique regroupera la mission « France très haut débit », les équipes chargées de développer les usages numériques et celles de la « French Tech » (la communauté du numérique en France). Dans les semaines qui viennent, un observatoire du déploiement du très haut débit devrait également être installé.

Quant aux établissements scolaires, ils devraient tous bénéficier du haut débit à la rentrée de septembre, grâce à une enveloppe de 5 millions d’euros, destinée à relier par satellite les écoles qui ne sont pas encore connectées (opération « Connect’écoles »).

Un bilan de l’état d’avancement du chantier du très haut débit sera dévoilé à la fin de l’année.
 

Marie Gasnier

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum