Menu actualité

Thématiques

Le maire de Lyon dénonce des coupes « brutales » de subventions régionales à la culture

Publié le 19 mai 2022 à 14h20 - par

Le maire écologiste de Lyon Grégory Doucet a dénoncé, mercredi 18 mai 2022, les coupes « brutales » des subventions régionales qui « mettent en péril » les institutions culturelles de sa ville, en appelant l’exécutif régional LR « à revenir sur sa décision ».

Le maire de Lyon dénonce des coupes "brutales" de subventions régionales à la culture

« C’est une attaque en règle, massive et brutale de tout l’écosystème culturel lyonnais », a déclaré le maire lors d’un point de presse en appelant le président LR de la région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez à « revenir à la raison ». « On est face à un exécutif qui se comporte comme l’extrême droite (…), tous les régimes qui ont voulu établir des fonctionnements autoritaires ont tous commencé par s’attaquer à la culture et aux artistes », a-t-il estimé.

Les baisses les plus importantes touchent l’Opéra de Lyon (- 500 000 euros, soit 18 % de baisse), la Biennale d’art contemporain qui doit s’ouvrir en septembre 2021 (- 253 000 euros, soit – 34 %), la Villa Gillet qui gère des programmes littéraires (- 350 000 euros, soit – 100 %), la Maison de la Danse (- 180 000 euros, soit – 47 %), ou le lieu culturel des « Subsistances », (- 150 000 euros, soit – 53 %), selon les projections de la mairie qui estime le total des coupes à plus de 2 millions d’euros.

Jointe par l’AFP, Sophie Rotkopf, la vice-présidente du conseil régional en charge de la culture a pour sa part critiqué la « vision nombriliste des élus locaux qui se concentrent sur Lyon » et ses 600 000 habitants. « Plutôt que de coupes, on préfère parler de rééquilibrage en faveur des zones blanches et des territoires peu irrigués par la culture », a-t-elle dit en rappelant que la région comprend 12 départements, soit 8 millions d’habitants et finance 500 festivals.

Rayonnement régional

Le but, selon elle, est de « sortir d’un système où les subventions sont versées par habitude » pour « favoriser les actions à rayonnement régional » soumises à appels à projets. Pour le maire de Lyon, « cette décision absurde ne tient pas compte de l’existant ». À ses côtés, son adjointe à la Culture Nathalie Perrin-Gilbert a particulièrement regretté l’absence de concertation en soulignant que les coupes avaient été annoncées à certains par voie de presse et à d’autres par courrier, « sans alerte préalable », « sans débat » et « sans explication ».

Le Musée urbain Tony Garnier de Lyon, dédié à l’architecture et à l’habitat social a ainsi été informé mi-mai 2022 par courrier qu’une subvention de 35 000 euros, attendue pour l’exercice en cours, ne lui serait pas versée et envisage désormais de fermer après 30 ans d’existence.

Selon Mme Perrin, les coupes brutales pourraient s’expliquer par « une crise de liquidité » : « la région est-elle au bord de la faillite ? » a-t-elle questionné en remarquant qu’au coup de rabot sur les budgets 2022 s’ajoutaient des retards de subventions votées en 2020 et 2021. La Région, elle, fait valoir que « le budget régional dédié à la culture est sanctuarisé » pour un montant total de 62,9 millions d’euros. Le budget municipal alloué à la culture, de l’ordre de 118 millions d’euros, ce qui représente « plus de 200 euros par an et par habitant comparé à 8 euros par an et par habitant » pour la région, selon les chiffres de la mairie.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2022