Développer le tourisme cycliste en devenant Territoire vélo

Développement durable

Mode de déplacement ou activité de loisir, lié au développement durable, le vélo est aujourd’hui à l’honneur. La Fédération française de cyclotourisme labellise Territoire vélo les collectivités qui remplissent certains critères et les aide à valoriser leurs politiques cyclables.

De plus en plus de Français se déplacent à vélo quotidiennement ou en font une activité pendant leurs vacances et leurs temps de loisirs. Et la France est la deuxième destination mondiale de tourisme à vélo après l’Allemagne, ce qui a représenté en 2014 pas moins de 9,2 millions de séjours touristiques. Les collectivités ont donc tout intérêt à valoriser leur territoire et à faire connaître leur politique liée au vélo : aménagements et équipements sécurisants, qualité de l’accueil, prestations et animations… Délivré par la Fédération française de cyclotourisme, le label Territoire vélo (marque déposée) permet ainsi aux communes et EPCI de se distinguer et d’intégrer un réseau d’échanges national, pour accompagner le développement de leur offre cyclable et partager de bonnes pratiques.

Pour l’obtenir, la collectivité doit remplir quatorze critères obligatoires et au moins cinq parmi vingt-et-un critères facultatifs : stationnements dédiés dans des lieux stratégiques, aires de pique-nique et de repos, aménagements cyclables conformes aux normes et maintenus en bon état, guide des itinéraires cyclotouristiques, réparateur professionnel sur le territoire ou kit de réparation à disposition, manifestations grand public autour de la bicyclette, communication… Après une première expertise favorable, le jury procède à une visite technique de terrain, réunissant les responsables du dossier à la collectivité, une personne de la fédération et des bénévoles de ses structures locales (clubs, comité départemental, comité régional), avant de décerner le label pour trois ans renouvelables. Pour les intercommunalités, les critères doivent être validés par toutes les communes dotées d’un office de tourisme ou d’un bureau d’information touristique.

La Fédération française de cyclotourisme, qui compte 120 000 adhérents, conseille les villes labellisées pour développer de nouveaux services ou équipements. Grâce à un réseau associatif, elle leur assure un espace promotionnel : visuel identifiant le label aux entrées de villes, signalétique, insertion publicitaire dans le magazine mensuel Cyclotourisme, présence à la Semaine fédérale internationale de cyclotourisme (15 000 participants), promotion sur le stand lors de différents salons, visibilité sur le web… En contrepartie, la collectivité s’engage notamment à respecter un cahier des charges, promouvoir et afficher le label… Une somme annuelle doit être acquittée, à partir de 500 euros pour les communes de moins de 10 000 habitants.

Marie Gasnier

 

Adopté le 14 septembre 2018, le Plan vélo vise à multiplier par trois l’usage du vélo, par une mobilisation conjointe des collectivités, des entreprises et des associations, pour atteindre 9 % des déplacements en 2024, année où la France accueillera les Jeux olympiques. Seuls 3 % sont aujourd’hui effectués à bicyclette.

 

Charte

Pistes cyclables, double-sens cyclables, cheminements mixtes, véloroutes, stationnement des cycles… : les collectivités trouveront dans la charte cyclable de la Fédération française de cyclotourisme, réactualisée en novembre 2018, tous les conseils techniques pour favoriser la pratique du vélo en toute sécurité.

 

Sauf sur les autoroutes et voies rapides, lorsqu’elle réalise ou rénove une voie urbaine, la collectivité doit mettre au point des itinéraires cyclables : pistes, marquages au sol ou couloirs indépendants, en fonction des besoins et contraintes de la circulation. L’aménagement de ces itinéraires doit tenir compte des orientations du plan de déplacements urbains, lorsqu’il existe.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum