Manifeste pour des territoires numériques responsables

Développement durable

L’AdCF, France urbaine et Les Interconnectés se sont engagés le 18 mars 2021 dans un manifeste pour créer des territoires numériques responsables. Neuf engagements principaux autour de trois ambitions : enjeu d’égalité, engagement environnemental, projet d’un territoire intelligent et durable.

Adopter ensemble le numérique durable pour conduire les stratégies numériques : tel est l’objet du manifeste signé par les collectivités, réunies au sein de la commission numérique commune à l’Assemblée des communautés de France (AdCF), France urbaine et Les Interconnectés, à l’issue du Forum Interconnectés des 17 et 18 mars. Ce manifeste est dans la droite ligne de la « feuille de route » présentée par le gouvernement le 23 février, qui vise à maîtriser l’empreinte environnementale du numérique et à utiliser celui-ci comme levier d’une croissance écologique. En effet, alors qu’il s’est imposé comme un outil indispensable au quotidien, en particulier depuis la crise sanitaire, le numérique présente des impacts environnementaux majeurs et il n’est pas accessible à tous les citoyens. D’où les engagements des élus signataires, qui souhaitent un numérique responsable favorisant l’égalité et le respect de l’environnement, à travers un projet de territoire intelligent et durable.

Des engagements liés à l’ensemble des politiques publiques, qui recouvrent des problématiques variées. Par exemple : généraliser les procédures dématérialisées uniquement si l’usager peut également se faire assister par une personne physique (guichet, téléphone…), organiser et accompagner la montée en compétence de l’ensemble des agents publics et des acteurs du secteur privé, moderniser l’action publique par l’intelligence collective, mesurer l’empreinte carbone de la collectivité à l’aide d’indicateurs partagés, gérer une commande publique et des achats responsables (matériels, logiciels, choix technologiques…), ou encore accompagner et organiser les filières recyclage, récupération, réemploi sur le territoire…

Créer un territoire numérique responsable est un projet à long terme. Il implique notamment de choisir des procédés innovants et des technologies qui se révéleront positifs pour préserver l’environnement et améliorer la qualité de vie. Il nécessite également d’intégrer et de généraliser de nouveaux modes de gouvernance, qui renforcent la mutualisation et la solidarité entre territoires, mais aussi le partage des outils, des diagnostics et des données entre les acteurs publics. Comme le constate le manifeste, « les collectivités sont une force d’animation essentielle pour conduire le projet et mobiliser les acteurs locaux ».

Ce projet collectif de territoire intelligent et durable est à construire avec les citoyens et les intervenants économiques, sociaux et éducatifs locaux, en cohérence avec les plans de structuration et d’aménagement existants. Il tiendra compte des spécificités locales et des arbitrages stratégiques. Les signataires du manifeste prévoient d’adopter une méthode permettant à chaque territoire de procéder à son rythme, et de développer des outils et des indicateurs communs. Des observatoires territoriaux du numérique pourraient notamment suivre l’évolution du numérique responsable dans les collectivités.

Marie Gasnier

Les données, au service du numérique responsable

Le manifeste fait la part belle à la mobilisation des données au service du projet du territoire, avec des contraintes éthiques : respect des libertés et de la vie privée, souveraineté, partage des données publiques et privées d’intérêt général, sécurité des données et confiance numérique. Appelées à rendre compte de l’utilisation des données, les collectivités devront aussi sensibiliser leurs citoyens sur ce sujet, et fixer un cadre commun de partage et une charte de territoire sur les données.

Posté le par

Recommander cet article