Ville de Castres : un réseau de chaleur alimenté en biomasse

Développement durable

Logements sociaux, hôpital, écoles… Castres utilise le bois-énergie comme combustible pour le chauffage, à travers un réseau de chaleur. Avec un double avantage : favoriser les énergies renouvelables et développer la filière bois locale.

La ville de Castres (Tarn, 42 923 habitants) a choisi d’utiliser les énergies renouvelables pour chauffer certains logements de l’Office public de l’habitat (OPH) et divers équipements : centre hospitalier intercommunal de Castres-Mazamet, établissements scolaires, site militaire, futur centre nordique… Un premier réseau de chaleur de six kilomètres, construit en 2009, dessert déjà plus de 1 500 équivalents-logements. En 2021, la commune bénéficiera d’un second réseau de chaleur de huit kilomètres, irriguant l’équivalent de 1 900 logements supplémentaires. La construction et l’exploitation de ces deux réseaux, alimentés à 90 % en biomasse, ont été confiés à la filiale Castres Énergie Services du groupe Coriance (délégation de service public). Soit un investissement de dix millions d’euros pour le délégataire. Grâce à ce nouveau réseau de chaleur, l’émission de 4 000 tonnes de CO2 sera évitée chaque année – l’équivalent de ce que produit la circulation de 3 400 véhicules.

Pour les usagers, les coûts d’accès au réseau de chauffage seront moins élevés qu’avec une alimentation par des énergies fossiles, en particulier parce que se chauffer à l’aide d’énergies renouvelables permet aux abonnés de bénéficier d’une TVA réduite à 5,5 %. Le délégataire promet aussi de maintenir une stabilité des prix et de développer l’emploi local, en créant sept emplois indirects, deux emplois directs et un contrat de professionnalisation pour l’exploitation et l’approvisionnement des deux chaudières de la chaufferie (1 500 kW et 2 230 kW). Le délégataire assurera également l’entretien et la maintenance, sans coût supplémentaire pour ses utilisateurs qui auront accès à un service d’astreinte 24h/24h. Les futurs abonnés pourront également suivre l’avancée du projet de construction du réseau sur internet.

Le bois de combustion, qui n’est jusqu’à présent pas valorisé, proviendra d’une distance maximum de 80 km. En offrant un débouché à la filière bois locale, ce projet propose une alternative aux énergies fossiles, importante en période de transition écologique et contribuera au développement économique de la commune et du département.

Martine Courgnaud – Del Ry

 

Biomasse

Le terme de « biomasse » désigne l’ensemble des matières organiques d’origine végétale ou animale susceptibles de se transformer en énergie : qu’il s’agisse de chaleur, d’électricité, de force motrice de déplacement. Ces matières peuvent être sous forme solide (paille, copeaux, bûches), liquides (huiles végétales, bioalcools) ou gazeuse (biogaz). Les principales énergies de biomasse sont les biocarburants (produits essentiellement à partir de céréales, de sucre, d’oléagineux et d’huiles usagées), le chauffage domestique alimenté au bois, et la combustion de bois et de déchets dans des centrales qui produisent de l’électricité, de la chaleur ou les deux.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum