Finances publiques : les syndicats dénoncent le malaise croissant des agents

Dialogue social

Les syndicats de la Direction générale des finances publiques (DGFiP) ont dénoncé lundi 11 juillet un malaise croissant au sein de cette administration rattachée à Bercy, dû aux suppressions de postes et à l’accroissement de la charge de travail, mais aussi à des questions salariales.

Confirmant des informations du journal Le Monde, des représentants syndicaux de la DGFiP ont expliqué à l’AFP qu’à la suite de la fusion des Impôts et du Trésor en 2008, les rémunérations des agents des deux administrations ont été harmonisées, ce qui s’est traduit par des augmentations importantes pour les catégories les plus élevées et « de l’ordre de quelques euros » pour les autres. Les augmentations « par centaines d’euros » des cadres ont ainsi « cristallisé les rancœurs, le sentiment d’injustice », au sein d’une administration qui connaît un « gros malaise » en raison de « la politique dogmatique de suppressions d’emploi », a affirmé Alexandre Derigny (CGT).

Vincent Drezet, secrétaire national de l’Union Snui-SUD Trésor Solidaires, a également souligné que ces harmonisations dues à un « effet mécanique » se sont produites alors que « dans le même temps, il y a eu des suppressions d’emploi » chez les catégories les moins bien payées, y voyant « un facteur aggravant, mais pas déclencheur » du malaise social.

Son syndicat a lancé depuis quelques mois une campagne baptisée « On veut respirer » pour dénoncer « la hausse de la charge de travail combinée à la réduction des effectifs », a-t-il indiqué. Il a ainsi affirmé que l’administration avait perdu 15 % de ses effectifs en huit ans, avec une accélération depuis 2007 et la mise en œuvre de la Révision générale des politiques publiques (RGPP) qui se traduit par le non-remplacement de deux départs sur trois au sein de la DGFiP, qui compte environ 125 000 agents.

« Toutes les catégories, y compris l’encadrement vivent mal l’accroissement de la charge de travail et la dégradation des conditions de travail », mais « cette question salariale complique la donne », a-t-il ajouté, affirmant que son syndicat réclame l’arrêt des suppressions d’emploi et un plan d’action sur les risques psychosociaux (stress, dépression, violences…).

Denis Grégoire, secrétaire national CFDT Finances publiques a expliqué de son côté que son syndicat avait mené une enquête à laquelle 16 000 agents de la DGFiP ont répondu. Il en ressort que 54 % d’entre eux sont stressés au travail, alors qu’ils étaient 47 % en 2007. L’enquête montre également un doublement de la souffrance au travail qui concerne 13 % des agents contre 6 % en 2007. Il a indiqué qu’il y avait « plus d’une centaine de cas de burn-out », c’est-à-dire d’épuisement professionnel et 30 suicides par an, pour l’ensemble des personnels rattachés à Bercy, dont 75 % appartiennent à la DGFiP, des données confirmées par la CGT.

Fin juin, un représentant de FO-Finances a tenté de se suicider en avalant des cachets lors d’une réunion ordinaire du Comité d’hygiène et de sécurité ministériel, après avoir exposé les difficultés qu’il rencontrait dans son travail. La CFDT-Finances avait alors évoqué trois suicides au sein des services de Bercy dans la période récente.
 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2011

L'analyse des spécialistes

  • Loi Élan : focus sur le PLU Urbanisme

    Loi Élan : focus sur le PLU

    18/04/19
    La loi n° 2018-1021 du 23 novembre 2018 portant sur l’évolution du logement, de l’aménagement et du numérique, dite loi Élan, contient un certain nombre de dispositions relatives aux documents d’urbanisme, et plus particulièrement au plan local d’urbanisme (PLU).
  • La loi Élan emporte des ajustements ponctuels sur les procédures d’urbanisme et les documents de planification Urbanisme

    La loi Élan emporte des ajustements ponctuels sur les procédures d’urbanisme et les documents de planification

    16/04/19
    La loi Élan du 23 novembre 2018 participe de la stratégie « logement » initiée par le gouvernement. Elle s’articule autour de quatre objectifs politiques : construire plus, mieux et moins cher ; faire évoluer le logement social ; répondre aux besoins de chacun ; améliorer le cadre de vie.
  • Les apports de la loi Élan quant à l'urbanisation du littoral Urbanisme

    Les apports de la loi Élan quant à l’urbanisation du littoral

    05/04/19
    La loi Élan est entrée en vigueur le 25 novembre 2018. Certaines de ses dispositions concernent notamment les communes du bord de mer puisqu'elles viennent assouplir la loi Littoral en permettant l’urbanisation du littoral. Jean-Baptiste Dubrulle, Avocat associé, et Kévin Holterbach, Avocat, tous deux chez Bignon Lebray, nous apportent des précisions sur le volet littoral de la loi Élan.
  • Tous les articles juridiques