Benoît Hamon fera des propositions « sous une dizaine de jours » au sujet de la réforme des rythmes scolaires

Éducation

Le ministre de l’Éducation nationale Benoît Hamon a déclaré mardi à l’Assemblée nationale qu’il ferait des propositions « sous une dizaine de jours » au Premier ministre Manuel Valls sur la réforme des rythmes scolaires, laquelle « s’appliquera bien » à la rentrée 2014 .

Cet article fait partie du dossier :

Éducation RYTHMES SCOLAIRES : UNE EXPÉRIMENTATION À PÉRENNISER Voir le dossier

Face au constat « qu’ aujourd’hui nous ne parvenons pas à lutter efficacement dans le primaire contre l’échec (…) nous avons construit une réponse, la nécessité de concentrer les temps d’apprentissage dans les moments, les heures, où les enfants sont le plus disponibles, là où ils sont le plus disposés à apprendre », a souligné M. Hamon lors de la séance de questions au gouvernement. Il répondait au député UDI de la Drôme Franck Reynier qui demandait un report de la réforme des rythmes scolaires, lancée en septembre 2013 dans 17 % des communes et qui doit être généralisée à la prochaine rentrée.

La réforme « s’appliquera bien comme l’a dit le Premier ministre à la rentrée 2014″, a indiqué M. Hamon. Cependant (…) nous avons constaté comme vous et en toute bonne foi que des difficultés existaient » et lors de sa déclaration de politique générale « le Premier ministre s’est donc engagé à ce qu’il y ait des ajustements à la mise en œuvre de cette réforme ». « Je lui ferai des propositions sous une dizaine de jours à partir de la concertation que j’ai commencée avec les organisations d’enseignants, avec les parents d’élèves et avec les élus. Je n’entends pas, je vous le dis, enfermer cette réforme dans un cadre théorique ou dans un cadre réglementaire trop strict. Là où il existe des expérimentations qui servent le même objectif, la réussite de tous les élèves, nous adapterons le cadre réglementaire à ces expérimentations », a dit M. Hamon.

Interrogé également sur les rythmes par le député UMP de la Marne Arnaud Robinet, le ministre s’est étonné « d’avoir entendu, notamment M. (Jean-François) Copé, annoncer qu’il ne mettrait pas en œuvre la réforme si elle s’appliquait en 2014, contestant de surcroît qu’il lui faille appliquer cette réforme » parce que « elle reviendrait à appliquer un décret et pas une loi ». « Si on devait écouter la logique de M. Copé », en « matière de circulation, en matière de code de la route, il y aurait bien des infractions », a-t-il lancé.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

En téléchargement gratuit pour approfondir ce sujet, Weka vous propose :

Livre blanc

Rythmes scolaires : l'expérimentation des 4,5 jours à l'école Sanquer, à Brest (2009-2013)

Téléchargez

Comment financer la mise en place des nouveaux rythmes scolaires, comment organiser les temps et les espaces, comment recruter et former les personnels d’animation, comment réorganiser les transports scolaires, la cantine…, autant de questions qui ont dicté le choix de 80 % des communes d’attendre la rentrée de 2014 pour appliquer la réforme des rythmes scolaires.

Petit retour en arrière. En 2008, Xavier Darcos annonce le retour à la semaine de 4 jours. À Brest, au bout d’une année, les élus locaux emmenés par le maire de la ville proposent l’expérimentation de la semaine de 4,5 jours à l’occasion d’une réunion bilan. L’école élémentaire Sanquer et le Patronage laïque répondent à cette proposition. Vote unanime du conseil d’école mais seulement 51 % des parents y étaient favorables. L’expérimentation de la semaine de 4,5 jours débute donc à l’école Sanquer en septembre 2009. Elle concerne 7 classes, soient 170 élèves.

Ce dossier de la collection « Les Focus Weka » offert gracieusement consacre les témoignages des principaux partenaires : concertation, échange, confiance, enthousiasme, savoir-faire en sont les mots-clés. Avec comme unique et constante préoccupation, le bien-être des enfants.

Au sommaire de ce numéro :

  • Entretien avec Marc Sawicki, adjoint au maire en charge de la politique éducative locale, à Brest
  • Entretien avec Yann Guével, adjoint au maire en charge des équipements socio-culturels et du patrimoine, à Brest
  • Entretien avec Philippe Le Bian, directeur de l’école élémentaire Sanquer, à Brest
  • Entretien avec Patrick Belloeil, responsable du Patronage laïque municipal Sanquer
  • Entretien avec Paul Monnoyer, responsable du projet éducatif local de Brest
  • Pour en savoir plus

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum