Réforme des rythmes scolaires : les maires soucieux mais ne demandent pas le report

Éducation

Le président de l’Association des Maires de France (AMF), Jacques Pélissard, a pris, jeudi 26 septembre, ses distances avec l’appel du président de l’UMP Jean-François Copé à « la grève de la réforme » des rythmes scolaires, tout en soulignant les « vrais soucis » de ce changement pour les élus.

Cet article fait partie du dossier :

Éducation RYTHMES SCOLAIRES : UNE EXPÉRIMENTATION À PÉRENNISER Voir le dossier

« Pour le moment, on n’en est pas encore au report » demandé par M. Copé. « Par contre, nous avons des inquiétudes sur deux points : le financement de la réforme et l’allègement des taux d’animateurs » pour les activités péri-scolaires des écoliers, a déclaré sur France Inter Jacques Pélissard (UMP).

Le dirigeant de l’AMF a dit être en attente d’une réponse du Premier ministre Jean-Marc Ayrault à une lettre qu’il lui a adressée à ce sujet « le 1er août ». Selon M. Pélissard, « il y a de vrais soucis, une grogne transcourants, chez les maires de droite comme chez les maires de gauche ».

À cette rentrée, 4 000 communes, a dit Jacques Pélissard, sont passées aux nouveaux rythmes scolaires, soit 4,5 jours par semaine au lieu de 4. Toutes les autres (la France compte près de 37 000 communes) doivent franchir le pas à la rentrée 2014.

Selon l’AMF, le taux d’encadrement des enfants a été allégé pour certaines activités des enfants, mais pas pour toutes, et il varie selon qu’est appliquée la norme Éducation nationale pour les écoliers ou la norme Jeunesse et Sports en dehors du temps scolaire (centres aérés, etc.), ce qui engendre des complications et « des coûts supplémentaires ».

M. Pélissard a d’autre part rappelé que l’étalement de la scolarité sur la semaine, prôné par les experts en éducation, représentait « en fonction des villes, entre 100 et 150 euros par enfant et par an » supplémentaires à la charge des communes. Il a à nouveau relevé « l’effet ciseaux » auquel sont confrontées les collectivités locales, avec « plus de charges et moins de dotations » (- 840 millions en 2014 pour le bloc communal).

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2013

Évènement : Inscrivez-vous !

Weka organise le mardi 1er octobre 2013, à Paris, un petit déjeuner pour discuter et débattre des impacts managériaux, juridiques et financiers de la réforme des rythmes scolaires pour les collectivités territoriales.

Petits déjeuners Weka un rendez-vous pour les cadres territoriaux

Weka formation vous propose une formation adaptée à vos besoins :

Weka formation

Conduire la réforme des rythmes scolaires dans sa commune : quels projets pour quels financements ?


Objectifs :

Sciences-Po Lille et WEKA Formation vous proposent ce cycle de formation afin de vous accompagner dans la réorganisation de votre politique périscolaire et vous aider à mettre en place des solutions concrètes et adaptées à votre territoire.

3 modules de formation à la carte ou en format cycle afin de :

    • Décrypter les enjeux de la réforme des rythmes scolaires pour sa commune.
  • Construire ou rénover le projet périscolaire municipal.
  • Gérer le partenariat local dans un temps contraint.
  • Développer une offre éducative dans un environnement financier dégradé.

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum