Rentrée scolaire 2014 : les points majeurs

Éducation

La rentrée scolaire 2014 sera marquée par la généralisation de la réforme des rythmes scolaires, une nouvelle façon d’évaluer les élèves et la poursuite de la lutte contre les inégalités sociales, selon la circulaire de rentrée du ministère de l’Éducation parue jeudi 22 mai.

Cet article fait partie du dossier :

Éducation RYTHMES SCOLAIRES : UNE EXPÉRIMENTATION À PÉRENNISER Voir le dossier

La circulaire de rentrée définit les priorités de la politique éducative du gouvernement. Le nouveau ministre de l’Éducation nationale Benoît Hamon, dont ce sera la première rentrée scolaire, poursuit les réformes prévues par la loi pour la refondation de l’école initiée par Vincent Peillon. Dans la circulaire de 13 pages, publiée au Journal officiel de l’Éducation nationale et qui s’adresse à tous les personnels, Benoît Hamon met l’accent sur « le combat [contre] les inégalités sociales et territoriales ».

La priorité donnée au primaire, là où se joue l’échec scolaire, est « réaffirmée » avec la « généralisation » de la réforme des rythmes scolaires dans les 83 % des communes qui ne l’ont pas adoptée dès la rentrée dernière.

Le retour à la semaine de 4,5 jours divise toujours, malgré un nouveau décret pris par M. Hamon, prévoyant des assouplissements pour les 6 % de communes ayant des difficultés de mise en œuvre ou faisant de la résistance. L’aide financière a également été prolongée une nouvelle fois, d’un an, jusqu’en 2015-2016.

Le ministre juge également « important de faire évoluer les pratiques en matière d’évaluation des élèves », un débat récurrent. Il s’agit « d’éviter que l’évaluation ne soit vécue par l’élève et sa famille comme un moyen de classement, de sanction, ou bien réduite à la seule notation ». Des « fiches repères seront mises en ligne à la fin du printemps pour accompagner les enseignants ».

Autre chapitre de la circulaire : la lutte contre les inégalités sociales et scolaires avec la « refondation de l’éducation prioritaire ». Ainsi, les écoles et les collèges qui rencontrent les plus importantes difficultés sociales (les réseaux d’éducation prioritaire renforcés, les REP+) bénéficieront de « moyens renforcés ». L’accueil des élèves de moins de trois ans et le dispositif « Plus de maîtres que de classes » seront développés « en priorité dans les REP+ puis dans les REP ». « Améliorer la mixité sociale des établissements », lutter contre le décrochage scolaire, développer les internats de la réussite sont les autres axes du combat contre les inégalités.

S’agissant des enseignants, Benoît Hamon souligne que la rentrée 2014 « verra la première génération de concours rénovés, la mise en place du Master 2 en alternance et une croissance sans précédent du nombre de stagiaires accueillis et accompagnés dans les écoles et les établissements ».

Pour Sébastien Sihr, du premier syndicat du primaire SNUipp-FSU, cette circulaire de rentrée « est un condensé de bonnes intentions mais elle ne contient pas les moyens de les mettre en œuvre, notamment sur la formation continue des enseignants ».

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

Texte de référence :

Weka formation vous propose une formation adaptée à vos besoins :

Weka formation

Réforme des rythmes scolaires :
Optimiser l’organisation administrative et financière
de son projet périscolaire


Objectifs :

Modalités de mise en œuvre de votre nouveau projet périscolaire

  • Anticiper les impacts financiers de la réforme en termes organisationnel et budgétaire
  • Adapter l’organisation administrative à l’offre de service modifiée
  • Maîtriser les différentes politiques tarifaires envisageables
  • Établir une nouvelle politique tarifaire adaptée liant justice sociale et équilibre budgétaire
  • Optimiser le redéploiement des ressources existantes et solliciter de nouveaux financements

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En téléchargement gratuit pour approfondir ce sujet, Weka vous propose :

Livre blanc

Rythmes scolaires : l'expérimentation des 4,5 jours à l'école Sanquer, à Brest (2009-2013)

Téléchargez

Comment financer la mise en place des nouveaux rythmes scolaires, comment organiser les temps et les espaces, comment recruter et former les personnels d’animation, comment réorganiser les transports scolaires, la cantine…, autant de questions qui ont dicté le choix de 80 % des communes d’attendre la rentrée de 2014 pour appliquer la réforme des rythmes scolaires.

Petit retour en arrière. En 2008, Xavier Darcos annonce le retour à la semaine de 4 jours. À Brest, au bout d’une année, les élus locaux emmenés par le maire de la ville proposent l’expérimentation de la semaine de 4,5 jours à l’occasion d’une réunion bilan. L’école élémentaire Sanquer et le Patronage laïque répondent à cette proposition. Vote unanime du conseil d’école mais seulement 51 % des parents y étaient favorables. L’expérimentation de la semaine de 4,5 jours débute donc à l’école Sanquer en septembre 2009. Elle concerne 7 classes, soient 170 élèves.

Ce dossier de la collection « Les Focus Weka » offert gracieusement consacre les témoignages des principaux partenaires : concertation, échange, confiance, enthousiasme, savoir-faire en sont les mots-clés. Avec comme unique et constante préoccupation, le bien-être des enfants.

Au sommaire de ce numéro :

  • Entretien avec Marc Sawicki, adjoint au maire en charge de la politique éducative locale, à Brest
  • Entretien avec Yann Guével, adjoint au maire en charge des équipements socio-culturels et du patrimoine, à Brest
  • Entretien avec Philippe Le Bian, directeur de l’école élémentaire Sanquer, à Brest
  • Entretien avec Patrick Belloeil, responsable du Patronage laïque municipal Sanquer
  • Entretien avec Paul Monnoyer, responsable du projet éducatif local de Brest
  • Pour en savoir plus

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum