Municipales 2020, second tour mode d’emploi

Élus

Le second tour des élections municipales aura lieu le dimanche 28 juin 2020 dans près de 5 000 communes, plus de trois mois après la décision du gouvernement de reporter le scrutin au tout début de la vague de Covid-19 en France.

Les conseils municipaux restent à pourvoir dans environ 15 % des communes et dans les arrondissements et secteurs de Paris, Lyon, Marseille. Ce sont quelque 16,5 millions de personnes qui seront appelées à voter, soit environ 39 % du corps électoral français.

157 632 candidats sont en lice dans 4 820 communes où les conseils n’ont pas été élus au complet au premier tour, le 15 mars, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur.

En raison de la pandémie, le second tour a en revanche été à nouveau reporté dans les sept communes de Guyane concernées.

Les candidats s’affronteront en triangulaires dans 786 communes et en quadrangulaires dans 155. C’est moins qu’en 2014 où l’on avait compté 986 triangulaires et 207 quadrangulaires. Dans 12 communes, cinq listes seront en présence, et une seule liste n’a été déposée que dans trois communes.

Les conseillers municipaux sont élus pour 6 ans, selon un mode de scrutin à la fois majoritaire et proportionnel qui dépend de la taille des communes. Leur nombre varie en fonction de l’importance de la commune : de 7 conseillers pour celles de moins de 100 habitants à 69 pour celles de plus de 300 000.

La campagne officielle a débuté le 15 juin et s’achèvera la veille du scrutin. Un délai nettement plus long que les quelques jours qui séparent habituellement les deux tours. Mais une campagne souvent limitée aux réseaux sociaux, sans les traditionnels meetings, malgré la possibilité de « réunions publiques » avec un nombre limité de personnes, dans le respect des consignes de sécurité.

Au premier tour, les conseils ont été élus au complet dans 30 143 communes où les maires et leurs adjoints sont entrés en fonctions fin mai, après que le Conseil scientifique a donné son feu vert à leur installation.

En baisse constante depuis plus de trente ans aux municipales, la participation s’est effondrée à 44,6 % au premier tour, contre 63,5 % en 2014. Les électeurs ont massivement déserté le vote par crainte de la pandémie.

Pour les ramener aux urnes et permettre notamment aux personnes âgées de voter, les règles du vote par procuration ont été étendues, en permettant à un même mandataire de disposer de deux procurations au lieu d’une. Les personnes qui, en raison du Covid-19, ne pourraient pas se déplacer, peuvent demander à leur commissariat ou gendarmerie que l’on vienne à leur domicile pour recueillir leur procuration.

À l’issue du second tour, la première réunion des nouveaux conseils municipaux doit se tenir entre le vendredi 3 et le dimanche 5 juillet pour élire les maires et les adjoints.

Le 28 juin, les électeurs éliront également les conseils communautaires de quelque 1 100 communautés de communes, métropoles ou agglomérations, où le premier tour n’a pas été décisif, et les nouvelles équipes entreront en fonction d’ici le 17 juillet. Le rôle des communes, et surtout des intercommunalités qui constituent les grosses concentrations urbaines, sera essentiel pour la relance économique à l’issue de la crise sanitaire, les collectivités territoriales représentant environ 70 % de l’investissement public, notamment dans le secteur du BTP.

Le 18 juillet au plus tard, les conseils de toutes les communes et groupements de communes devraient donc être renouvelés et installés, marquant la fin du cycle des municipales.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2020

Posté le par

Recommander cet article