Menu actualité

Thématiques

Actualité

Pour les réfugiés, la ruralité offre un accueil « plus humain », estime un chercheur

Publié - par

Accueillir les déplacés ukrainiens dans les zones rurales françaises peut être l’occasion d’une intégration « plus humaine », à condition que ces transferts soient encadrés par l’État, explique dans un entretien avec l’AFP Matthieu Tardis, auteur pour l’Ifri d’une étude sur l’intégration des réfugiés dans ces territoires.

Pour les réfugiés, la ruralité offre un accueil "plus humain", estime un chercheur

De nombreuses collectivités locales se sont portées candidates à l’accueil des déplacés Ukrainiens, tandis que l’État commence à transférer en régions ces personnes pour « desserrer » la pression sur l’Île-de-France. Est-ce une solution adaptée ?

« Oui, les zones rurales offrent un modèle d’accueil et d’intégration plus humain, qui peut très bien s’appliquer aux Ukrainiens. La question est celle de l’adhésion de la population d’accueil. Quand on voit l’élan de solidarité actuel, c’est clairement un moteur de départ, avec beaucoup de particuliers qui proposent un hébergement. Mais je m’inquiète de voir que l’État compte beaucoup là-dessus. Héberger chez soi une personne, une famille qui quitte son pays dans des circonstances aussi difficiles, ce n’est pas anodin. Donc, on ne peut pas le faire sans accompagnement. Il faut un pilotage de l’État, pour éviter aussi que les bonnes volontés ne s’épuisent rapidement et pour répartir les tâches. C’est cela qui fera que l’accueil sera bénéfique pour tous. »

Quels avantages offrent ces régions ?

« Ce sont des territoires où il y a de l’emploi, parce que les Français, en particulier les jeunes, partent. Ce besoin de main-d’œuvre concerne à la fois les emplois non qualifiés et très qualifiés. Bien sûr, du fait de leurs compétences linguistiques, les réfugiés s’orientent davantage vers les postes peu ou pas qualifiés, mais les employeurs ont compris qu’il y a des opportunités et certains (patrons) ont des démarches très proactives, en allant dans les centres pour essayer d’embaucher directement. Ces régions sont aussi celles où il y a du foncier disponible.

Il n’y a pas forcément plus de moyens, mais ces populations y sont mieux entourées, accompagnées, en raison d’une meilleure coopération entre l’État, les opérateurs associatifs, les élus locaux et les maires, qui s’impliquent davantage et avec plus d’efficacité quand il y a moins d’acteurs.

Enfin, il y a nécessairement une immersion plus forte dans la société française, du fait que les diasporas sont moins fortes, ce qui joue un rôle dans l’acquisition des codes sociaux français.

Mais cela ne peut fonctionner que si l’on envoie les personnes dès le début. Quand on passe plusieurs mois à Paris au départ, on peut comprendre que le transfert à terme soit vécu comme une punition pour des personnes qui ne connaissent de la France souvent que la Tour Eiffel. »

Faut-il envoyer davantage les réfugiés dans ces régions ?

« On ne doit pas voir cette question sous l’aspect quantitatif. Il ne faut pas envoyer à marche forcée des gens vers ces régions, car l’intégration fonctionne bien quand il y a une ou deux familles par petite ville. S’il y avait plus de personnes, ce serait compliqué.

C’est une opportunité pour certains exilés et beaucoup d’élus y voient également un moyen de justifier le maintien d’une école, de services publics ouverts. Mais cela doit rester proportionné : la plupart des réfugiés vont rester dans les grandes villes, tout comme les Français.

Desserrer la pression sur l’Île-de-France, oui, mais penser qu’on va tout résoudre en envoyant les populations exilées là il y a du logement, c’est se tromper de solutions. »

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2022