Menu actualité

Thématiques

Mobilisation générale pour loger les réfugiés ukrainiens

Publié le 24 mars 2022 à 14h30 - par

« Au moins 100 000 places » : devant l’objectif fixé par Jean Castex pour accueillir les réfugiés ukrainiens, les associations, bailleurs sociaux et services de l’État se lancent dans un effort considérable pour leur trouver des logements.

Mobilisation générale pour loger les réfugiés ukrainiens

Mardi 22 mars, quelque 26 000 Ukrainiens étaient arrivés en France fuyant la guerre dans leur pays, a annoncé le Premier ministre. Parmi eux, environ 10 500 ont obtenu une autorisation provisoire de séjour, qui leur ouvre des droits et permet la scolarisation des enfants. Les autres étaient plutôt en transit vers d’autres pays.

Reste qu’il faut les héberger, un travail lourd impliquant les préfectures et, sur le terrain, les associations.

L’État a mis sur pied un « schéma national d’accueil et d’hébergement, proposant au moins 100 000 places », a indiqué Jean Castex mardi, dont 25 000 devront avoir été identifiées par les préfets d’ici la fin mars.

Une fois le premier accueil passé, en hébergement d’urgence (hôtels, gymnases, centres…), il faut trouver des solutions plus pérennes pour ceux qui restent en France.

« Il faut qu’on arrive en même temps à répondre à un flux d’urgence qui est déjà là, (…) et qu’on travaille sur du moyen et long terme, parce que malheureusement, on se doute bien que ça risque de durer plus longtemps que quelques jours », témoigne Nathalie Latour, directrice générale de la Fédération des acteurs de la solidarité.

« Les Ukrainiens qu’on accueille, ce n’est pas pour leur dire demain, vous partez », dit aussi Jean-Paul Clément, chargé du dossier pour l’opérateur immobilier CDC Habitat.

En dix jours, cette filiale de la Caisse des dépôts a identifié quelque 700 logements dans son parc qui en compte 570 000, soit de quoi loger environ 3 000 Ukrainiens.

« Aucune concurrence »

L’écueil principal est d’éviter une « mise en concurrence » des Ukrainiens avec les personnes qui attendent déjà, parfois depuis longtemps, un hébergement ou un logement social.

« C’est un sujet auquel on est extrêmement vigilants. Notre objectif, c’est aucune concurrence entre les personnes qui sont déjà en France et les réfugiés qui arrivent », assure à l’AFP la ministre du Logement, Emmanuelle Wargon.

Les collectivités ont mis à disposition des logements municipaux. Des entreprises (foncières, touristiques, hôtelières…) ont également été sollicitées. Et quelque 91 000 places ont été proposées par des particuliers dans l’élan de solidarité provoqué par l’invasion russe de l’Ukraine.

Mais le tri doit être fait dans ces propositions.

« Il faut demander aux personnes qui s’engagent de pouvoir s’engager longtemps, avec un minimum de trois mois », explique Emmanuelle Wargon.

Les logements sont mis à disposition des familles à titre gratuit ou très peu cher, celles-ci pouvant bénéficier des aides au logement.

C’est le système d’intermédiation locative qui est utilisé, c’est-à-dire que les logements sont gérés par l’intermédiaire d’une association, qui peut ainsi faire le lien avec les familles, assurer si nécessaire un suivi médical et les décharger de tâches administratives.

Logements sociaux

Pour les logements pérennes, les préfets cherchent partout. « Nous avons encore des places disponibles, et nous continuons à chercher des possibilités. On a une prospection active », témoigne auprès de l’AFP le préfet du Haut-Rhin, Louis Laugier.

Mairies, centres communaux d’action sociale, syndicats agricoles, logements de saisonniers, gîtes… Le vivier est large.

Le parc de logements sociaux est également mis à contribution, notamment dans des zones « détendues » où la demande est faible.

« On pense qu’il faut être totalement solidaires », affirme à l’AFP Emmanuelle Cosse, présidente de l’Union sociale pour l’habitat (USH) qui regroupe les bailleurs sociaux

Des logements qui devaient être démolis ou vendus peuvent aussi être récupérés, au moins pour un temps.

« Et puis enfin, il faut absolument que dans cette année 2022, on continue d’être soutenus pour produire plus de logement social », insiste Emmanuelle Cosse.

L’organisme Action Logement, premier bailleur social de France, a déjà identifié « à peu près 2 000 logements qu’on peut mettre à disposition », dans des zones « détendues », explique à l’AFP Patrice Tillet, directeur général d’Action Logement Immobilier.

Comme ces logements sont, souvent, vacants entre deux occupations, reste… à les meubler.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2022