Stabilisation du chômage en mai

Emploi

La stabilisation du chômage au mois de mai s’inscrit dans « une tendance qui reste à la hausse, et le restera dans les mois à venir », annonce le gouvernement.

Le nombre de demandeurs d’emploi n’exerçant aucune activité (catégorie A) est resté stable en mai. De fait, la France n’a enregistré que 100 chômeurs supplémentaires le mois dernier. En ajoutant les personnes ayant eu une activité partielle (catégories B et C), le nombre de demandeurs d’emploi s’affiche même en légère baisse, pour la première fois depuis octobre 2010 (- 3 600 en mai, soit – 0,1 % sur un mois).

« Venant après une progression particulièrement forte en mars et avril, cette stabilisation de mai s’inscrit dans une tendance qui reste à la hausse, et le restera dans les mois à venir, tempère le ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social. Ce résultat, qui n’est pas encore le retournement attendu, est un encouragement à poursuivre les efforts en vue de l’inversion durable de  la courbe du chômage ».

Cette accalmie est, néanmoins, « cohérente avec certains signaux favorables observés ces dernières semaines ». À savoir : la bonne tenue de l’intérim depuis octobre (+ 4,6 % en 6 mois), le rebond de la production industrielle en avril et la légère reprise des embauches en mai, selon l’indicateur ACOSS (+ 6,4 % pour les embauches de plus d’un mois).

Près de 33 000 jeunes auront été embauchés en emploi d’avenir fin juin, conformément aux prévisions (un tiers de l’enveloppe au premier semestre du fait d’une montée en puissance progressive), se félicite le ministère. Parallèlement, le ministre, Michel Sapin, a appelé les partenaires sociaux, lors de la Grande conférence sociale des 20 et 21 juin, « à intensifier les négociations contrat de génération dans les entreprises et les branches, pour amplifier le bon démarrage du dispositif dans les petites entreprises ».

Enfin, un plan d’action a été décidé lors de cette conférence. Objectif : mobiliser, d’ici la fin de l’année, au moins 30 000 formations supplémentaires, pour permettre à des demandeurs d’emploi d’acquérir les qualifications nécessaires pour saisir des opportunités d’embauche aujourd’hui non satisfaites faute de candidats qualifiés.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum