Menu actualité

Thématiques

L’Unaf publie un comparateur des programmes pour les familles

Publié le 18 mars 2022 à 7h10 - par

L’Union nationale des associations familiales (Unaf) présente 15 propositions pour défendre les intérêts des familles dans la campagne présidentielle et publie sur le site www.familles2022.fr un outil pour comparer les programmes des candidat(e)s et aider les 18 millions de familles à faire leur choix.

L'Unaf publie un comparateur des programmes pour les familles

« Alors que le désir d’enfant (idéal de 2,39 enfants) est aussi fort qu’il y a 10 ans, réaliser ce désir est devenu plus difficile : la fécondité est en baisse depuis 6 ans », souligne l’Unaf, y voyant l’effet des « reculs en matière de politique familiale dans le passé ».

L’Unaf, qui représente officiellement les familles auprès des pouvoirs publics, identifie comme enjeu stratégique la « conciliation vie familiale-vie professionnelle » pour favoriser l’emploi des parents.

« Seul un souhait d’accueil en crèche sur deux est satisfait, soit à peine mieux qu’en 2011. Et c’est aussi plus cher qu’il y a 15 ans ».

« La durée des congés post-nataux correctement indemnisés est une des cinq plus courtes de l’Union européenne. Depuis la réforme de 2014 (PreParE), il est devenu quasiment impossible de prendre un congé parental, tant l’indemnisation est faible », estime l’Unaf qui souhaite « un congé parental, accessible à tous, mieux indemnisé (75 % du salaire) jusqu’au 1 an de l’enfant ».

Deuxième enjeu, « l’amélioration du niveau de vie des familles avec enfants », en « renforçant l’intégration de la composition familiale dans la fiscalité et dans les aides publiques aux ménages ».

« Le niveau de vie des familles avec enfants a stagné entre 2008 et 2018. En 2019, avant la crise sanitaire, 60 % d’entre elles avaient déjà des difficultés à « boucler » leurs fins de mois », observe-t-elle.

« Prélèvements et prestations tiennent de moins en moins compte de la composition familiale », regrette-t-elle.

« Les impôts indirects (TVA, TICPE…) ont augmenté, alors que plus une famille a d’enfants, plus elle les paie. À l’inverse, les impôts directs (taxe d’habitation, impôt sur le revenu), dont le calcul est plus favorable aux familles, ont été baissés et tiennent désormais moins compte de la charge d’enfants ».

Elle demande une « réduction des délais de la Justice familiale ». La durée moyenne d’un divorce par consentement mutuel est de 26 mois, alors qu’elle était de 16 mois avant la réforme du divorce sans juge, indique-t-elle.

Face au vieillissement, « les solidarités familiales doivent être encouragées, tout en protégeant les familles de sollicitations trop fortes » : coûts des longs séjours en Ehpad ou aidants pas assez soutenus, souligne encore l’Unaf.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2022