Les actions réalisées par les réseaux parentalité en 2016

Enfance et famille

Selon la Cnaf, plus de 500 000 parents et plus de 400 000 enfants ont bénéficié de l’intervention des REAAP en 2016.

Regroupant parents, professionnels, acteurs institutionnels et associations, les réseaux d’écoute, d’appui et d’accompagnement des parents (REAAP) visent à « organiser une offre territoriale diversifiée, structurée et identifiée à destination des parents, pour les accompagner dans leur rôle éducatif auprès de leurs enfants », rappelle la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf). Dans le dernier numéro de sa publication électronique l’e-ssentiel n° 177, la Caisse livre les principales données de l’enquête annuelle menée auprès des structures dont les actions sont financées dans le cadre des REAAP. Les données fournies portent sur 90 % des quelque 4 600 structures concernées. La Cnaf est investie dans les REAAP à la fois en tant que participant aux instances et aux actions, très souvent comme coordinateur des réseaux, mais aussi en tant que financeur. En 2016, elle a ainsi financé ces réseaux à hauteur de 28,9 millions d’euros.

En 2016, plus de 8 300 actions financées au titre des REAAP ont été réalisées par les structures répondantes. Un tiers (32 %) de ces actions ont été mises en œuvre pour la première fois cette année-là ; les deux autres tiers existaient précédemment et ont été poursuivies. En 2016, près de la moitié (45 %) des actions financées dans le cadre des REAAP étaient des actions parents-enfants. Ce mode d’intervention est aussi celui qui touche le plus grand nombre de familles. En effet, 48 % des familles ayant participé à une action REAAP ont fréquenté ce type d’action. Il s’agit des actions pour lesquelles on compte le plus de participations par famille : cinq en moyenne dans l’année. « Cela s’explique par le fait qu’enfants et parents d’une même famille assistent ensemble à cette nature d’action, engendrant un nombre de participations plus important », commente la Cnaf.

Les groupes d’expression, d’activité ou d’échanges entre parents sont la deuxième forme d’action la plus répandue dans le cadre des REAAP. Ils représentent 21 % des actions. Cette nature d’action concerne 18 % des familles ayant participé à une action REAAP, soit une part proche de la part représentée par ces actions. À l’inverse, 13 % des actions prennent la forme de groupes de parole, mais ceux-ci concernent seulement 8 % des familles ayant participé aux actions REAAP. De par leur nature, ces actions se déroulent en comité restreint : la moitié des actions accueillent moins de 15 familles. Les parents assistent à des réunions régulières, animées par un professionnel, pour aborder des sujets liés à la parentalité. Le but est d’offrir aux parents un espace d’écoute et d’échange sur les difficultés et les solutions trouvées dans leur expérience de parents. Les groupes de parole, comme les groupes d’expression, d’activité ou d’échanges entre parents, font l’objet d’environ trois participations par famille au cours de l’année. Il s’agit donc plutôt d’actions fréquentées sur la durée, mais de façon assez peu intensive.

Par ailleurs, les conférences-débats ou les cycles de conférences-débats comptent pour 11 % des actions financées dans le cadre des REAAP et 12 % des familles participantes. Elles regroupent un nombre de familles important puisque la moitié de ces actions rassemble plus de 32 familles participantes. En revanche, en moyenne, on compte pour ces actions seulement 1,8 participation dans l’année : il s’agit donc d’une nature d’action fréquentée ponctuellement par les familles. Enfin, les groupes de réflexions et les recherches-actions sont des modalités moins fréquentes, respectivement 5 % et 4 % des actions. L’écoute individualisée par téléphone ou en face à face concerne toutefois 12 % des familles participantes, ce qui en fait la nature d’action où le nombre médian de familles par action est le plus important, note la Cnaf. La moitié des actions d’écoute individualisée concernent plus de 37 familles. Cette situation s’explique par le caractère parfois départemental de ces actions et par leur déroulement continu sur l’année.

Au-delà des modes d’intervention présentés ci-dessus, quels sont les sujets abordés lors d’une action REAAP ? Pour les structures répondantes, la thématique la plus souvent traitée est la relation parents-enfants autour de la petite enfance. Viennent ensuite les thématiques de l’enfance et de l’adolescence. Autres thèmes abordés : les relations familles-école, le partage des rôles parentaux, la coparentalité, les questions de santé ou de handicap.

Au total, 946 100 personnes différentes ont participé aux actions financées au titre du REAAP en 2016, soit 523 600 parents et 423 500 enfants. Ces actions ont donc touché 448 500 familles, à raison de deux personnes par famille en moyenne (parents et/ou enfants). « Ceci signifie qu’en France, 2 familles sur 100 ont participé à une action financée au titre du REAAP en 2016 », souligne la Cnaf.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum