Menu actualité

Thématiques

Hôpital : Olivier Véran promet plus d’infirmiers en soins critiques

Publié le 11 mars 2022 à 16h45 - par

Le nombre d’infirmiers par lits dans les services de soins critiques va être revu en hausse, ce qui se traduira par plusieurs milliers de créations de postes à partir de 2023, a indiqué jeudi 10 mars 2022 le ministère de la Santé.

hopital-veran-promet-plus-d-infirmiers-en-soins-critiques

Dans la foulée d’un rapport commandé à l’inspection générale des affaires sociales (Igas), Olivier Véran a présenté jeudi 10 mars 2022 une « feuille de route soins critiques 2022-2025 » aux fédérations hospitalières du public et du privé, selon un communiqué. Parmi les décisions annoncées par le ministre de la Santé, une « hausse des ratios » à « une infirmière pour quatre lits, de jour comme de nuit » sur un horizon de cinq ans a été entérinée dans les unités de soins intensifs. Cela « représente environ 2 800 équivalent temps plein », qui seront déclinés dans les prochains projets régionaux de santé que les agences régionales de santé (ARS) déploieront à partir de 2023, a précisé son cabinet.

Des postes qui devront encore être pourvus dans un contexte de pénurie généralisée de soignants à l’hôpital. Pour les services de réanimation, qui accueillent les cas les plus graves, le principe d’une « trajectoire de hausse des ratios » est acté, mais fera d’abord l’objet d’une « évaluation de la charge en soins » d’ici 18 mois. Compte tenu des capacités limitées des écoles d’infirmières, « on ne peut pas encore y aller », a justifié l’entourage de M. Véran. Par ailleurs, les infirmières arrivant en réanimation bénéficieront à l’avenir d’une « formation d’adaptation à l’emploi de huit semaines ». Ces mesures s’ajoutent à la « prime pérenne » de 100 euros nets par mois entrée en vigueur en janvier 2022. La « feuille de route » confirme en outre l’ouverture des « mille lits supplémentaires » promise début février 2022 par le ministre. À ceci près qu’il s’agira essentiellement de lits déjà « autorisés mais fermés pour manque de personnel » (environ 500) ou de « rééducation post-réanimation » (environ 500 aussi).

Quelques dizaines de lits sont également prévus pour un « rattrapage rapide » dans quatre régions sous-dotées (Bretagne, Pays de la Loire, Guyane, Mayotte). Au total, les capacités de réanimation passeront de 5 080 lits – avant le Covid – à « plus de 6 100 », selon le ministère.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2022