Menu actualité

Thématiques

Fonction publique : l’accessibilité des services et l’urgence climatique, priorités de Stanislas Guerini

Publié le 23 mai 2022 à 14h15 - par

Tout juste nommé, le nouveau ministre de la Transformation et de la Fonction publiques Stanislas Guerini a affirmé, vendredi 20 mai 2022, à Paris sa volonté de placer « l’accessibilité » des services publics et les enjeux climatiques « au cœur » de son action.

Fonction publique : l'accessibilité des services et l'urgence climatique, priorités de Stanislas Guerini

« Ce ministère, c’est le ministère de la vie quotidienne des Français. Je veux mettre au cœur de mon action les questions d’accès et d’accessibilité » des services publics, a-t-il martelé à l’occasion de la passation avec sa prédécesseure Amélie de Montchalin.

Par ailleurs, « il n’y a pas d’un côté la fonction publique et de l’autre l’urgence climatique : ces deux questions sont intimement liées » et « je mettrai la transition écologique au cœur de notre action », a promis le patron du parti présidentiel.

Stanislas Guerini, qui a rendu hommage à son grand-père fonctionnaire en clôture de son discours, souhaite enfin développer une relation « partenariale » entre l’État, ses opérateurs et les collectivités territoriales.

« Les Français n’ont rien à faire des questions de périmètre », a-t-il assuré.

Alors que les syndicats réclament depuis des mois une augmentation générale, promise par Amélie de Montchalin « avant l’été », son successeur s’est dit « conscient des difficultés économiques qui touchent » les 5,7 millions d’agents publics.

« Je sais les questions qu’ils peuvent se poser sur le sens de leurs missions », a-t-il ajouté.

En conséquence, « je recevrai dès qu’il sera possible tous les représentants de la fonction publique, organisations syndicales comme employeurs publics ».

Promue à la Transition écologique et à la Cohésion des territoires, Amélie de Montchalin a longuement rendu hommage aux agents publics et enjoint à son successeur de « tout faire pour les protéger ».

« Il faut aller plus fort et plus loin dans les nominations féminines » et vers l’égalité salariale, a-t-elle également insisté.

La ministre a enfin remercié les syndicats, « acteurs essentiels », et appelé les agents publics à participer « massivement » aux prochaines élections professionnelles du 8 décembre pour asseoir la « légitimité » des organisations représentatives.

Ces dernières ont été plusieurs à saluer le maintien d’un ministère de la Fonction publique de plein exercice, « une forme de reconnaissance de l’engagement des agents publics » pour l’Unsa-FP et « une décision importante » pour Solidaires FP.

Mais, souligne la CFDT Fonctions publiques, « la priorité, c’est le pouvoir d’achat et la mise en œuvre – enfin ! – de la hausse annoncée de la valeur du point d’indice », la base de rémunération commune à tous les agents publics.

« Il y a plusieurs urgences », estime par ailleurs le syndicat CGT des agents de l’État. Au premier rang de ces urgences figure « la revalorisation conséquente des salaires, des carrières et des retraites », soutient l’organisation.

Ces prises de position surviennent trois jours après l’envoi d’une lettre ouverte au président Emmanuel Macron et à la nouvelle Première ministre Élisabeth Borne, dans laquelle huit des neuf syndicats représentatifs appelaient à augmenter les salaires et à renoncer au report à 65 ans de l’âge légal de départ en retraite.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2022