Panorama de la fonction publique territoriale en Alsace

Fonction publique

L’observatoire de la fonction publique territoriale a publié le 28 décembre 2011 le portrait de la fonction publique territoriale alsacienne au 31 décembre 2008.

Comme réalisé précédemment pour la Corse, ce portrait porte sur les aspects statutaire, organisationnel, professionnel, démographique et institutionnel de la FPT alsacienne. Il concerne les agents titulaires et stagiaires, les non-titulaires sur emplois permanents et non-permanents, ainsi que les emplois aidés d’un échantillon de 617 collectivités et établissements territoriaux d’Alsace, soit 63 % des collectivités de la région représentant 85 % des effectifs de la FPT d’Alsace.

Premier constat, les effectifs territoriaux ont cru de 13,3 % entre 2004 – date de la précédente enquête – et 2008, année où les agents territoriaux d’Alsace étaient 41 474. Dans la même période, les effectifs de la FPT à l’échelle nationale avaient cru de 13 %. L’Alsace reste cependant la région de France ayant le taux d’administration territoriale le plus bas, avec 18,9 agents pour 1 000 habitants, contre 25 agents pour 1 000 habitants sur l’ensemble de la France.
 

Surreprésentation des agents d’EPCI

On note parmi la FPT alsacienne une surreprésentation des agents des EPCI (23 % des effectifs) due notamment, selon l’Observatoire, à l’intégration du personnel de la ville de Strasbourg aux effectifs de sa communauté urbaine. À l’inverse, les agents communaux sont donc logiquement moins nombreux que dans les autres régions, puisqu’ils composent 42 % des agents territoriaux alsaciens, contre 58 % sur l’ensemble du territoire national.

L’acte de décentralisation entamé en 2004 a aussi contribué à réduire la part d’agents communaux, puisque les effectifs des régions et départements ont eux cru dans le même temps, transferts de personnels de l’État obligent. Les effectifs de la région Alsace représentaient ainsi 4,7 % de l’ensemble de la FPT de la région en 2008, contre 1,2 % en 2004, ceux des deux départements 14,4 % en 2008 contre 9,3 % en 2004, et ceux des communes 41,8 % en 2008 contre 46,5 % en 2004.
 

Plus de titulaires et de catégorie A qu’ailleurs

Les titulaires représentent en 2008 76 % des agents territoriaux alsaciens, contre 73 % en 2004, et 73 % dans la France entière. Les non-titulaires constituent donc 23 % des effectifs, et les contrats aidés environ 1 %. 50 % des agents relèvent des cadres d’emplois d’adjoint technique (30 %), d’adjoint administratif (13 %) ou de technicien des établissements d’enseignement (6 %).

À eux seuls, les agents d’entretiens polyvalents, les agents de gestion administrative et les accompagnateurs de l’enfance représentent 25 % des effectifs. Les services employant le plus d’agents sont les services scolaires et périscolaires (13 % des effectifs), du bâtiment et du patrimoine bâti (10 %) et du social (6 %). Ces deux premiers services emploient relativement plus d’agents qu’à l’échelle nationale, alors que le social mobilise relativement moins d’agents que sur l’ensemble de la France. À noter que dans ce dernier secteur, la part des titulaires est plus faible qu’ailleurs, notamment de par le nombre important d’assistantes sociales.

Les agents relevant de la catégorie A représentent 10,2 % des effectifs (contre 8,7 % sur toute la France), ceux de catégorie B 15,1 % (contre 13,5 %), et ceux de catégorie C 68,8 % (contre 77,2 %).
 

Plafond de verre et départs en retraite

Les femmes représentent 56 % des effectifs, contre 61 % au niveau national, et 51 % chez les « catégorie A », 59 % chez les « catégorie B », et 51 % chez les C. La territoriale alsacienne n’échappe donc pas à un certain « plafond de verre ».

L’âge moyen des agents sur poste permanent était de 43 ans et 5 mois, 38 % des effectifs étant appelés à prendre leur retraite d’ici 2020 (30 % ayant 50 ans ou plus en 2008). Les plus concernés sont les agents d’entretien et d’accompagnement de l’enfance, respectivement 18 % et 16 % à avoir plus de 55 ans au 31 décembre 2008.

Dans l’ensemble, les non-titulaires sont plus jeunes que les titulaires, avec des âges moyens respectifs de 42 ans contre 43 ans et huit mois. Les agents les plus âgés sont ceux des conseillers généraux et des petites communes, et les plus jeunes ceux des EPCI et SDIS. Dans les années à venir, les départs en retraite devraient progresser, passant de 880 départs annuels entre 2008 et 2012 à 1 205 entre 2017 et 2020.
 

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum