Le minimum vieillesse sera revalorisé à partir d’avril 2018

Lutte contre les exclusions

L’augmentation du minimum vieillesse de 100 euros sur la durée du quinquennat sera réalisée en trois étapes.

C’était une promesse du candidat Emmanuel Macron durant la campagne présidentielle : augmenter de 100 euros par mois le minimum vieillesse sur la durée du quinquennat. Cette allocation sera donc revalorisée « dès le mois d’avril 2018 de 30 euros », puis « il y aura 35 euros en 2019 et 35 en 2020 », a annoncé la ministre des Solidarités et de la Santé, mercredi 20 septembre sur les ondes d’Europe 1. Pour un couple, la revalorisation sera de « plus de 155 euros » d’ici à « la fin du quinquennat », a ajouté Agnès Buzyn.

Cette revalorisation étalée sur 3 ans en trois étapes ne constitue pas « un signe fort envoyé aux personnes âgées les plus fragiles qui ont besoin de la solidarité nationale », a réagi l’association Les Petits Frères des pauvres. La promesse du président de la République était « une mesure forte, un engagement positif. On s’attendait à avoir 100 euros d’un coup pour, peut-être, atteindre un jour un minimum vieillesse à hauteur du seuil de pauvreté », explique-t-elle. Pour l’association, cette annonce est une « mauvaise surprise. »

Pour mémoire, l’allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA), que l’on continue à appeler minimum vieillesse, est destinée aux personnes âgées de plus de 65 ans (60 ans en cas d’inaptitude au travail) ayant de faibles ressources. Son montant est actuellement de 803,20 euros par mois pour une personne seule et de 1 246,97 euros pour un couple. Au 31 décembre 2016, plus de 433 000 personnes bénéficiaient de cette allocation, selon les statistiques de la Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV). Ils étaient 555 000 en 2015.

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum