50 millions d’euros supplémentaires pour les Ehpad

Personnes âgées

La ministre des Solidarités et de la Santé tente de désamorcer la grogne dans les Ehpad.

À quelque jours du mouvement de grève nationale dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), fixé au mardi 30 janvier 2018 par l’ensemble des organisations syndicales, la ministre des Solidarités et de la Santé annoncé, le 25 janvier, le déblocage d’une enveloppe de 50 millions d’euros supplémentaires à destination des établissements en difficulté. Celle-ci viendra s’ajouter aux 100 millions d’euros inscrits dans la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018. À savoir : 72 millions d’euros pour accompagner les Ehpad en difficulté, 26 millions d’euros pour les aider à recruter et à se moderniser. «  Je comprends que les Ehpad ne ressentent pas cette amélioration aujourd’hui », en raison du « temps de mise en œuvre », mais « les professionnels vont sentir la différence cette année », a assuré Agnès Buzyn sur RTL.

Concrètement, ces 50 millions d’euros seront attribués aux Agences régionales de santé (ARS) afin qu’elles accompagnent les Ehpad « qui souffrent d’un manque de moyens au cas par cas, en fonction des difficultés. » « Nous demandons également aux ARS de mettre en place des structures d’appui pour aider les Ehpad en difficulté à se réorganiser, voir comment ils peuvent coopérer entre eux. Parfois, c’est un problème d’isolement. Il y aura un Plan global d’accompagnement à la fois financier et technique », a ajouté la ministre.

Dans un entretien également publié hier su le site du Parisien, Agnès Buzyn s’est, par ailleurs, engagée à ce qu’« aucun établissement ne soit pénalisé » par la réforme controversée de leur tarification et a annoncé la nomination d’un médiateur chargé de détecter les difficultés. Cette réforme prévue sur sept ans « favorise les établissements accueillant les personnes les plus difficiles : dépendance, pathologies multiples », affirme la ministre des Solidarités et de la Santé, reconnaissant néanmoins qu’« environ 10% » des Ehpad seront « perdants, la majorité dans le secteur public ».

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum