ANESM : deux nouvelles recommandations pour l’accompagnement des malades d’Alzheimer

Personnes âgées

L’ANESM vient de publier ses recommandations sur l’accueil et l’accompagnement des personnes atteintes d’une maladie neuro-dégénérative en PASA et en UHR.

L’Agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (ANESM) a publié, début juillet, deux nouvelles recommandations de bonnes pratiques professionnelles intitulées : « L’accueil et l’accompagnement des personnes atteintes d’une maladie neuro-dégénérative (PASA) » et « L’accueil et l’accompagnement des personnes atteintes d’une maladie neuro-dégénérative en Unité d’hébergement renforcé (UHR) ».

 L’accueil et l’accompagnement en PASA

Les recommandations de l’Agence s’inscrivent dans le cadre du Plan maladies neuro-dégénératives (PMND) 2014-2019 qui prévoit la poursuite du déploiement de l’accueil en Pôles d’activités et de soins adaptés (PASA), dispositifs initialement créés par le Plan Alzheimer 2008-2012.
Les PASA accueillent des personnes ayant des troubles du comportement modérés, consécutifs d’une maladie neuro-dégénérative associée à un syndrome démentiel, qui altèrent la qualité de vie de la personne et des autres résidents. Ils sont destinés, en priorité, aux personnes résidant en EHPAD.

Mais, selon les situations, les places disponibles et le projet d’établissement, certaines personnes accueillies peuvent provenir de leur domicile.

Les PASA proposent, durant la journée, des activités individuelles ou collectives qui concourent au maintien ou à la réhabilitation des capacités fonctionnelles restantes et des fonctions cognitives, à la mobilisation des fonctions sensorielles, ainsi qu’au maintien du lien social de ces personnes.

La finalité de cet accompagnement est d’améliorer les troubles du comportement modérés, associés à un syndrome démentiel, par un accueil et des activités thérapeutiques individuelles et collectives adaptées.

Ces recommandations s’adressent spécifiquement aux responsables d’EHPAD disposant d’un PASA et à ceux souhaitant en ouvrir un. Celles-ci viennent compléter le décret du vendredi 26 août 2016 fixant les conditions minimales de fonctionnement et d’organisation des PASA.

En conséquence, pour les EHPAD, ce décret et les recommandations de l’ANESM se substituent au cahier des charges PASA.

Les nouvelles recommandations de l’Agence ont pour objectif d’indiquer aux professionnels les pratiques favorisant :

  • La mise en place d’un projet de PASA et sa pérennité
  • Les organisations des échanges entre les professionnels des PASA et ceux de l’EHPAD, voire des services extérieurs
  • Les activités à proposer
  • La place des proches
  • L’adaptation de l’environnement

La formalisation de partenariats avec le secteur sanitaire, le secteur médico-social et associatif.

« L’objectif de ce travail est également d’accompagner les PASA existants et ceux à venir, en partant de l’étude du projet à sa mise en place et l’amélioration de la vie quotidienne des personnes accueillies », précise l’ANESM.

L’accueil et l’accompagnement en UHR

Les recommandations suivantes s’inscrivent également dans le cadre du Plan maladies neuro-dégénératives (PMND) 2014-2019 qui prévoit la poursuite du déploiement de l’accueil en Unités d’hébergement renforcé (UHR), dispositifs eux aussi issus du Plan Alzheimer 2008-2012.

Développés au sein de certains EHPAD ou établissements de soins de longue durée (ESLD), les UHR ont pour objectif d’améliorer l’accueil et l’approche thérapeutique des résidents souffrant de symptômes psycho-comportementaux sévères consécutifs d’une maladie neuro-dégénérative associée à un syndrome démentiel, qui altèrent la sécurité et la qualité de vie de la personne et des autres résidents.

L’objectif de l’accueil et l’approche thérapeutique visent à améliorer les troubles psycho-comportementaux des personnes accueillies au sein des UHR et à limiter le recours aux psychotropes et aux neuroleptiques en proposant un accueil et des activités adaptées afin que la personne, une fois les symptômes psycho-comportementaux réduits, puisse revenir au sein de son lieu d’hébergement initial ou au sein d’un établissement adapté.
Ces recommandations s’adressent spécifiquement aux responsables d’EHPAD disposant d’une UHR et à ceux qui souhaitent en créer une. Les UHR développées au sein des ESLD sont des destinataires indirects de ces recommandations.

Les recommandations de l’ANESM ont pour objectif d’apporter aux professionnels des réponses aux besoins des résidents souffrant de symptômes psycho-comportementaux sévères consécutifs d’une maladie neuro-dégénérative.

« Elles s’inscrivent dans une démarche continue de prévention et guident la réflexion et l’action pour accompagner la singularité de chaque résident en tenant compte de son parcours de vie, de soins et de la composition et des organisations des liens sociaux et familiaux », explique l’Agence.

Afin d’améliorer la qualité d’accompagnement de ces résidents, hébergés en EHPAD et admis en UHR, ces recommandations proposent des pistes de réflexions à différents niveaux. D’une part, au niveau de la qualité de vie et d’accompagnement des résidents, d’autre part, au niveau de la qualité de vie des professionnels intervenants régulièrement auprès de ces personnes. Comme pour les PASA, elles ont pour objectif d’indiquer aux professionnels les pratiques favorisant :

  • La mise en place d’un projet d’UHR et sa pérennité
  • Les organisations des échanges entre les professionnels des UHR et ceux de l’EHPAD, voire des services extérieurs
  • Les activités thérapeutiques à privilégier
  • La place des proches
  • L’adaptation de l’environnement
  • La formalisation de partenariats avec le secteur sanitaire et le secteur médico-social, voire associatif.

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum