Apprentissage : le gouvernement veut favoriser l’embauche des personnes en situation de handicap

Personnes handicapées

Le gouvernement entend « renforcer » l’accès à l’apprentissage des personnes en situation de handicap en prévoyant à compter de janvier une prise en charge financière de leurs besoins spécifiques par les Opérateurs de compétence (Opco), a-t-il indiqué lundi 14 décembre 2020.

« À compter du 1er janvier 2021, dans la continuité de la réforme sur la formation professionnelle, le coût du contrat d’apprentissage pris en charge par les Opérateurs de compétences (Opco) devra désormais prendre également en charge le coût de la compensation du handicap de l’apprenti dans le montant du contrat qui pourra ainsi être majoré jusqu’à 4 000 euros, quelle que soit la branche professionnelle », indiquent la ministre du Travail Élisabeth Borne et la secrétaire d’État chargée du Handicap Sophie Cluzel dans un communiqué commun.

Les ministres relèvent notamment que seulement « 1 % des entrées en apprentissage dans le secteur privé et moins de 5 % dans le secteur public concernent des apprentis en situation de handicap ».

« L’apprentissage est un formidable levier pour recruter des talents en situation de handicap », souligne Élisabeth Borne, citée dans le communiqué. Elle rappelle que le gouvernement a mis en place « une aide de 5 000 euros pour l’embauche d’un apprenti mineur ou 8 000 euros pour l’embauche d’un apprenti majeur – sans plafond d’âge pour les personnes en situation de handicap – pour tout contrat signé entre le 1er juillet 2020 et le 28 février 2021 ».

« La prise en charge, dès le 1er janvier prochain, du besoin de compensation du handicap de l’apprenti par les Opco est une nouvelle preuve de l’action du gouvernement en faveur de l’insertion professionnelle des travailleurs handicapés », ajoute Mme Borne.

Selon la secrétaire d’État Sophie Cluzel, les Centres de formation des apprentis (CFA) « devront évaluer en amont du contrat (…) la nécessité de mettre en œuvre des solutions techniques et/ou humaines pour sécuriser le parcours de l’apprenti en cohérence avec son handicap ».

Ces compensations peuvent être « diverses et complémentaires » : équipements techniques, heures de soutien personnalisées, interprétariat, adaptation des supports pédagogique…, détaille-t-elle.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2020

Posté le par

Recommander cet article