Services publics : 12% des démarches en ligne accessibles aux personnes handicapées

Personnes handicapées

Seulement 12 % des démarches administratives sont effectivement accessibles aux personnes handicapées, a indiqué vendredi 23 octobre 2020 la ministre chargée de la Fonction publique, Amélie de Montchalin, lors d’un point de presse sur la numérisation de l’État.

La ministre a dévoilé les résultats de l’Observatoire du numérique qui soumet les services de l’État à l’évaluation des usagers. Deux millions de Français ont cliqué sur « donnez votre avis » ces douze derniers mois, avec des résultats édifiants.

Environ 71 % se sont dits satisfaits des services numériques, quand le gouvernement vise un taux de 80 %, et seulement 12 % des sites se sont révélés pleinement accessibles aux personnes handicapées.

« Nous sommes toujours dans le rattrapage, parce que le handicap n’a pas été pris en compte lors de la création native (initiale) des sites », a regretté Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées.

Exemple : des outils existent pour transformer les mots en sons pour les personnes malvoyantes. Mais si la souris doit parcourir un trop grand nombre de mots sur l’écran, l’application ne fonctionne pas.

Les 10 % d’hommes qui sont daltoniens risquent de confondre des consignes en rouge et vert sur un écran.

« L’objectif est d’aboutir à 80 % des démarches accessibles aux personnes handicapées dans les deux ans », a indiqué Mme Cluzel.

Au total, 1 milliard d’euros doit être consacré au numérique dans le plan de relance, dont la moitié pour les ministères et la moitié pour les projets de l’État (412 millions) et des collectivités (88 millions) pilotés par le ministère de la Transformation et de la Fonction publiques.

Deux cent cinquante démarches du quotidien doivent pouvoir se faire en ligne en 2022, à comparer avec 182 actuellement. Impôts, aides au logement, chèques Cesu pour l’emploi de personnels à domicile, cartes grises sont déjà accessibles en ligne, mais méritent souvent d’être simplifiés.

Mme de Montchalin souhaite notamment qu’on ne réclame pas à l’usager des informations que l’administration détient déjà, de façon à proposer davantage de formulaires pré-remplis.

La mise en œuvre de ce plan risque de se heurter au manque de compétences : la Cour des comptes avait relevé en février le manque de personnels suffisamment qualifiés sur le numérique dans l’administration.

« Il y a une pénurie de webmasters qualifiés sur l’accessibilité, les sites doivent être conçus nativement », a souligné Mme Cluzel.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2020

Posté le par

Recommander cet article