Crèches : du nouveau pour la prestation de service unique (PSU)

Petite enfance

Le prix plafond de la prestation de service unique (PSU) devrait varier en fonction du service rendu par les établissements d’accueil de jeunes enfants (EAJE).

Cet article fait partie du dossier :

Action Sociale Structures d’accueil petite enfance : la nouvelle donne Voir le dossier

Le gouvernement prépare une circulaire qui précisera les nouvelles modalités de calcul de la prestation de service unique (PSU) s’appliquant aux crèches.

À l’avenir, le prix plafond devrait varier en fonction du service rendu (degré de réponse aux familles, fourniture des couches, des repas…). « Plus le niveau de service sera important, plus le gestionnaire sera aidé, avec une augmentation progressive de l’ordre de 5 %. Pour ceux qui ont un niveau de service standard, le prix plafond sera stabilisé, mais pas baissé » a expliqué Laurent Ortalda, responsable du pôle petite enfance à la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf), le 22 janvier, lors de la présentation par l’UNCCAS d’une enquête sur l’accueil de la petite enfance par les CCAS.

Par ailleurs, des mesures devraient être prises pour favoriser l’accueil sur des plages horaires étendues, l’accueil des enfants en situation de handicap… Au total, 560 millions d’euros seraient consacrés à cette mesure, visant à renforcer la qualité du service délivré par les établissements d’accueil de jeunes enfants (EAJE).

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum