Présentation du 7e rapport du GIP Enfance en danger

Protection de l'enfance

La présidente du Groupement d’intérêt public Enfance en danger (GIPED) a remis, le 14 mars, le 7e rapport annuel de son instance destiné au gouvernement et au Parlement.

La ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale et sa secrétaire d’État chargée de la Famille, Roselyne Bachelot et Claude Greff, ont reçu, le 14 mars, Hermeline Malherbe, présidente du Groupement d’intérêt public Enfance en danger (GIPED), venue leur remettre le 7e rapport du Groupement à l’attention du gouvernement et du Parlement. En effet, chaque année, le GIPED – qui rassemble le Service national d’accueil téléphonique de l’enfance en danger (SNATED) et l’Observatoire national de l’enfance en danger (ONED) – publie un rapport.

Cette année, le rapport du GIPED insiste sur la nécessité de mieux caractériser « l’information préoccupante », à travers des indicateurs partagés par tous les départements. « C’est essentiel pour permettre un traitement plus rigoureux des données au niveau national ». En conséquence, les ministres souscrivent à l’idée d’organiser d’une conférence de consensus en vue de caractériser l’information préoccupante.

Par ailleurs, Roselyne Bachelot et Claude Greff ont exprimé « leur satisfaction face à l’évolution des données chiffrées relatives à la prise en charge de l’enfance en danger ». De fait, au 31 décembre 2009, 271 500 mineurs bénéficiaient d’une mesure de protection de l’enfance, avec une légère baisse des mesures d’accueil correspondant au placement judiciaire de l’enfant, au profit de mesures en milieu ouvert (accompagnement éducatif à domicile).

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum