Protection de l’enfance : une « stratégie nationale » présentée en mai selon Agnès Buzyn

Protection de l'enfance

La ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, présentera en mai une « stratégie nationale de protection de l’enfance et adolescence » pour 2018-2022, a-t-elle annoncé lundi 15 janvier devant les acteurs du secteur.

Cette stratégie s’inscrira dans le cadre de la loi du 14 mars 2016 sur la protection de l’enfant et des recommandations du Comité des droits de l’enfant de l’ONU, a précisé la ministre lors d’une matinée d’échanges avec des professionnels du secteur de la petite enfance à Plaisir (Yvelines), selon un communiqué du ministère.

Présentée en mai 2018 au Premier ministre Édouard Philippe et au président de la République Emmanuel Macron, elle devra en outre être articulée avec la stratégie de lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes, qui sera dévoilée courant mars par le chef de l’État.

Pour cette dernière, une consultation publique en ligne est ouverte jusqu’au 28 février sur le site du ministère des Solidarités et de la Santé. Bénévoles et responsables associatifs, professionnels, élus et toutes les personnes intéressées peuvent y exprimer leurs réflexions en matière de lutte contre la pauvreté, a précisé un autre communiqué du ministère et de la Délégation interministérielle à la prévention et la lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes.

Concernant la protection de l’enfance, Agnès Buzyn entend concentrer son action dans les années à venir sur la lutte contre les violences faites aux enfants et un meilleur repérage de ces violences ; la prévention des difficultés et ruptures dans la vie des enfants et familles concernées ; l’accompagnement des jeunes adultes à la sortie de l’aide sociale à l’enfance (Ase) ; l’accès aux soins des enfants pris en charge, a précisé le communiqué du ministère.

Un total de 299 600 mineurs faisaient l’objet d’au moins une mesure de protection de l’enfance fin 2016 en France, une hausse de 1,4 % en un an, selon l’Observatoire national de la protection de l’enfance (ONPE). Les mesures de protection englobent des situations allant du placement (48,3 %) à des mesures de suivi en milieu ouvert (51,7 %).

Fin février 2017, quelques semaines avant l’élection présidentielle, la précédente majorité avait présenté le premier plan de lutte contre les violences faites aux enfants, avec une vingtaine de mesures destinées à mieux cerner ce phénomène mal connu et améliorer sa prise en charge.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2018

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum