Calcul de la retraite des agents non titulaires

Retraite

Les contractuels de la territoriale ayant effectué un service inférieur à six mois peuvent, s’ils remplissent deux conditions, voir leur contrat pris en compte dans le calcul de leur future pension.

Le sénateur Jean-Louis Masson s’inquiète dans une question écrite du sort réservé aux non-titulaires de la fonction publique territoriale en matière de calcul de la retraite. Il attire ainsi l’attention du ministre du Travail, de la Solidarité et de la Fonction publique sur la situation de ces agents, qui, «selon l’article 46 du décret n° 88-145 du 15 février 1988, se voient refuser la prise en compte d’un service inférieur à six mois dans le calcul de leur retraite à taux plein ». Il lui demande donc si dans le contexte actuel de l’allongement de la durée de cotisation cette situation ne doit pas changer.

En réponse, le ministre explique que le décret mentionné « fixe les modalités de calcul de l’indemnité qui doit être versée par l’employeur territorial à l’agent non titulaire en cas de licenciement ». Par conséquent, la règle relative au service inférieur à six mois n’est pas applicable au calcul de la retraite mais uniquement à celui de l’indemnité de licenciement.

Le ministre précise que les agents non titulaires de la territoriale « sont affiliés pour la retraite au régime d’assurance vieillesse et au régime complémentaire obligatoire de l’Institution de retraite complémentaire des agents non titulaires de l’État et des collectivités publiques (Ircantec) ». Ils sont donc soumis aux règles fixées par le Code de la sécurité sociale et par le décret n° 70-1277 du 23 décembre 1970.

Ainsi, les contrats de moins de six mois accomplis par ces agents peuvent être pris en compte à deux conditions. Premièrement, la validation des trimestres par le régime général tient compte du montant des salaires soumis à cotisation et non de la durée réelle de l’activité (article R. 351-9 du Code de la sécurité sociale) ; « il est retenu autant de trimestres que le salaire annuel soumis à cotisation représente de fois le montant du salaire minimum de croissance horaire calculé sur la base de 200 heures (soit 1 772 euros en 2010), dans la limite maximale de quatre trimestres par année civile ». Deuxièmement, un trimestre cotisé est nécessaire et suffisant pour avoir un droit à retraite.

Charlotte de L’escale

Source Internet :

L'analyse des spécialistes

  • Rapport de la Cour des comptes européenne sur les PPP : un constat qui ne doit pas décourager l’initiative publique des grands projets Partenariat public-privé

    Rapport de la Cour des comptes européenne sur les PPP : un constat qui ne doit pas décourager l’initiative publique des grands projets

    31/05/18
    Les Cours des comptes européenne et française partagent un constat similaire et émettent des alertes de bon sens. Mais ces alertes doivent s’appliquer selon notre point de vue à tous types de projets du secteur public, et pas qu’aux PPP. Quant à ces derniers, ils pourraient continuer à procurer des effets vertueux au secteur public, à condition d’y avoir recours pour des bonnes raisons et d’une manière adéquate.
  • Appel à projets, commande publique ou subvention, comment les distinguer ? Commande publique

    Appel à projets, commande publique ou subvention, comment les distinguer ?

    10/04/18
    La distinction entre les subventions et la commande publique est plus claire qu'auparavant en raison des définitions données par les textes. Toutefois, des incertitudes subsistent, qui sont en particulier liées au développement de procédures intermédiaires sous la forme notamment d'appels à projets.
  • Collectivités publiques et protection des données à caractère personnel : l'impact du RGPD Administration

    Collectivités publiques et protection des données à caractère personnel : l’impact du RGPD

    04/04/18
    La réglementation relative à la protection des données personnelles va vivre une petite révolution le 25 mai 2018. À compter de cette date, le règlement général sur la protection des données, dit RGPD (UE 2016/679 du 27 avril 2016), entrera en vigueur dans tous les pays de l'Union européenne. Ombeline Soulier Dugénie et Emmanuelle Behr, Avocates Associées du Cabinet Redlink, reviennent sur les grandes lignes directrices de ce nouveau cadre normatif.
  • Tous les articles juridiques