Accidents du travail : « alerte rouge » pour le secteur de l’aide et des soins aux personnes

Santé et sécurité au travail

Pour UNA, les risques professionnels atteignent un niveau alarmant dans le secteur de l’aide et des soins aux personnes.

UNA s’inquiète vivement du « bilan alarmant » des chiffres 2017 des accidents du travail publiés mi-novembre 2018 par l’Assurance maladie. À l’inverse des autres secteurs d’activité, ceux de l’aide à domicile et des Ehpad connaissent une nouvelle hausse de leur indice de fréquence des accidents du travail, pour atteindre des niveaux « dramatiquement élevés », dénonce la fédération d’employeurs de l’aide à domicile. « Pour faire reconnaître la précarité de leur statut et de leurs conditions de travail, les salariés du domicile et des Ehpad doivent-ils revêtir, eux aussi, un « gilet jaune » ou, plutôt, rouge ? Le rouge de la colère et du signal d’alarme », a demandé UNA, fin novembre 2018.

Avec 33,4 accidents du travail pour 1 000 salariés en 2017, tous secteurs confondus, la sinistralité liée à ce risque continue de refluer (- 0,5 % par rapport à 2016) et enregistre son niveau le plus bas depuis 70 ans, selon l’Assurance maladie. Le secteur de l’aide et des soins aux personnes ne bénéficie pas de cette embellie. Au contraire, il « plonge davantage dans le rouge », dénonce la fédération. Son indice de fréquence des accidents du travail s’établit désormais à 52,8 et atteint même 97,2 pour les activités les plus « sinistrogènes » du secteur, révèle l’Assurance maladie. À savoir : les Ehpad et l’aide à domicile.

UNA savait ses activités « plus accidentogènes que le secteur du BTP ». Mais, aujourd’hui, « l’écart se creuse et l’on se retrouve dans une situation d’une grande gravité où un secteur professionnel est sacrifié par manque de moyens et d’effectifs, faute de parvenir à attirer de nouveaux candidats. « Et pour cause ! », s’indigne son président, Guillaume Quercy. « Le secteur du domicile n’est plus en capacité d’absorber un nouveau statu quo ».

Aussi, la grande réforme de l’autonomie, prévue en 2019, « doit être à la hauteur ». Pour envoyer « un signal d’espoir à un secteur à bout de souffle et au bord de l’implosion », UNA attend beaucoup de la concertation nationale « Grand âge et autonomie » et du chantier du 5e risque de Sécurité sociale. « Monsieur le président de la République, madame la ministre de la Santé, madame la ministre du Travail, tous les regards sont tournés vers vous, interpelle le président d’UNA. Cette fois-ci, vous avez la responsabilité historique de réussir ».

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum