Menu actualité

Thématiques

Canicule et santé : des pistes d’action pour aider les communes à protéger la population

Publié le 12 juillet 2022 à 10h00 - par

Santé publique France a recensé les pratiques des communes pour prévenir les effets de la canicule sur la santé de leurs habitants.

Canicule et santé : des pistes d'action pour aider les communes à protéger la population

Les communes sont en première ligne pour protéger les populations de la chaleur, rappelle Santé publique France. Aussi, l’agence nationale de santé publique a publié, le 30 juin 2022, les résultats d’une enquête visant à connaître les pratiques des communes en matière de prévention contre les effets des canicules sur la santé des habitants. Celle-ci a été réalisée entre juin et octobre 2019 via quatre questionnaires en ligne, élaborés par Santé publique France avec l’aide du réseau des villes santé de l’OMS et envoyés à l’ensemble des communes de France métropolitaine. Les questions portaient sur les pratiques concernant la protection des scolaires, des sans-abri et des personnes vulnérables, et l’adaptation des villes à la chaleur.

L’analyse des résultats a conduit à des pistes d’action pour améliorer les mesures prises par les communes. Ces pistes s’adressent, en priorité, aux pouvoirs publics et aux collectivités. Les actions proposées nécessitent, toutefois, d’être évaluées pour promouvoir celles qui sont jugées efficaces, indique Santé publique France. Certaines ont pu être mises en œuvre depuis l’enquête, en particulier celles utilisant les registres municipaux développés lors de la crise Covid-19.

Voici les principales pistes d’action identifiées par Santé publique France pour soutenir les pratiques des communes.

Pistes pour améliorer la protection des personnes vulnérables dans les communes

  • Évaluer le fonctionnement des registres municipaux ;
  • Contacter en priorité les plus vulnérables en cas de canicule : personnes isolées, vivant dans des logements très chauds, peu autonomes… ;
  • Renforcer l’assistance des personnes et les moyens pour la mettre en place (secours, déplacement vers des lieux frais) ;
  • Soutenir des dispositifs de coordination des acteurs locaux, pour qu’ils s’articulent mieux entre eux, qu’ils partagent les outils et les pratiques innovantes dans le cadre du nouveau dispositif Orsec canicule ;
  • Mieux former les professionnels de terrain et les personnes relais intervenant auprès des personnes vulnérables : soignants et aide-ménagères à domicile, pharmaciens, médecins, facteurs, commerçants…

Pistes pour améliorer la prévention à l’école

  • Renforcer la formation du personnel périscolaire et des enseignants aux bons gestes à adopter pour protéger les enfants de la chaleur ;
  • Adapter les activités (récréations, repas, horaires…) ;
  • Améliorer la structure et l’aménagement des bâtiments (végétalisation, préau ombragé, isolation des classes, stores, matériaux absorbant peu la chaleur, perméabilisation/déminéralisation des sols, jeux d’eau…) ;
  • Intégrer la prévention contre les fortes chaleurs dans une démarche plus large d’éducation à l’environnement.

Pistes pour améliorer la protection des sans-abri

  • Favoriser la protection contre la chaleur, en lien avec les associations ou le Samu social : accès au logement ou à des structures d’hébergement temporaire l’été, accès à l’eau et à l’hygiène ;
  • Sensibiliser et alerter les acteurs sociaux et les personnes sans-abri au risque canicule.

Pistes pour améliorer l’adaptation des villes à la chaleur

  • Développer les mesures de réduction de la chaleur urbaine, via, notamment, le concept de « nature en ville » (végétalisation, revêtements absorbant peu la chaleur, jets d’eau, plans d’eau, trames bleues) ;
  • Favoriser l’accès aux espaces et parcours de fraîcheur en ville et maintenir les mesures ponctuelles lors des canicules (brumisation, ouverture des parcs la nuit, fontaines…).