Covid-19 : quelles expériences ont été menées en santé mentale ?

Santé

Le ministère des Solidarités et de la Santé vient de publier un rapport des « retours d’expériences de la crise Covid-19 dans le secteur de la santé mentale ».

La crise de la Covid-19 a touché tous les secteurs de la santé et les établissements de santé mentale ont été contraints de s’adapter en urgence. Depuis juin, la Délégation ministérielle à la santé mentale et à la psychiatrie (DMSMP), en lien avec la Direction générale de l’offre de soins (DGOS), l’Agence nationale d’appui à la performance (ANAP), les Agences régionales de santé (ARS) et les établissements de santé mentale, identifie les actions innovantes qui ont été menées par les nombreux acteurs du secteur sur le territoire national. Grâce à ce recensement, le ministère des Solidarités et de la Santé a publié en ligne, le 9 octobre, un rapport des « retours d’expériences de la crise Covid-19 dans le secteur de la santé mentale ». Son objectif : pérenniser un certain nombre d’actions innovantes mises en place par les acteurs du secteur pendant l’épidémie.

Voici les principaux enseignements du rapport.

Des dispositifs innovants

150 dispositifs innovants ont été identifiés : 63 % à l’initiative de structures publiques, 18 % de structures privées d’intérêt collectif, 9 % de structures privées et 6 % d’autres structures (CCAS, Groupements de coopération sociale et médico-sociale…). 22 % de ces dispositifs concernent les enfants, 21 % les adultes et 57 % ces deux publics. Parmi les thèmes principaux :

  • Réorganisation des services, notamment par le déploiement d’actions entre secteurs et l’amélioration de la prise en charge des urgences psychiatriques ;
  • Maintien des soins pour les personnes concernées et du lien avec leurs aidants, sous forme d’un parcours ambulatoire adapté : entretiens téléphoniques, téléconsultations, interventions au domicile personnel ou en structure… ;
  • Accès aux soins somatiques, incluant les collaborations mises en place entre psychiatrie et Médecine-chirurgie-obstétrique (MCO) ;
  • Soutien aux professionnels de santé, grâce à la mobilisation des Cellules d’urgence médico-psychologique (CUMPS) et des réseaux psycho trauma, ainsi que des plates-formes téléphoniques.

Des unités Covid

Près de 90 unités Covid ont été créées, pour une capacité totale de plus de 1 100 lits, afin de pallier la fermeture des structures « hors les murs » liée au confinement. Avec, en priorité, les activités groupales- hôpitaux de jour (HDJ) et centres d’activité thérapeutique à temps partiel (CATTP) – et, dans une moindre mesure, les centres médico psychologiques (CMP).

Des supports technologiques

Les supports technologiques ont joué un rôle majeur : mise en place de plates-formes téléphoniques, développement de consultations téléphoniques et télémédecine, utilisation des réseaux sociaux…

Des dispositifs spécifiques

Certains dispositifs ont ciblé des publics spécifiques : enfants, adolescents et familles, patients avec comorbidités en addictologie, publics précaires ou personnes détenues.

« Un double virage a été constaté, numérique et ambulatoire, privilégiant « l’aller vers » et la réponse personnalisée vis-à-vis des publics », conclut le ministère des Solidarités et de la Santé.

Posté le par

Recommander cet article