Grève des médecins : plan « hôpital en tension » renforcé en région parisienne

Santé

L’Assistance publique-Hôpitaux de Paris a demandé à tous ses groupes hospitaliers d’activer le « niveau 2 » de leur plan « hôpital en tension », pour parer aux retombées de la grève des médecins libéraux et des épidémies pendant les fêtes, a-t-elle annoncé vendredi à l’AFP.

Le plan « hôpital en tension » comporte trois niveaux : alerte vigilance, tension avérée, tension prolongée ou de grande amplitude. « Le niveau 2 prévoit notamment la mise en place dans chaque groupe hospitalier d’une cellule de crise pour faire le point quotidiennement » sur les effectifs, les tensions éventuelles et les lits disponibles. Le plan hôpital en tension est fréquent en cette saison, explique-t-on à l’AP-HP : « Comme chaque année, du fait des épidémies hivernales, les services d’urgence risquent d’être davantage sollicités que d’habitude pendant la période de fin d’année ». Toutefois, « à cette situation habituelle s’ajoute cette année l’annonce d’un mouvement de grève par les principaux syndicats de médecins libéraux », du 23 au 31 décembre.

Ce mouvement risque d’entraîner un afflux de patients aux urgences, d’autant plus que se profilent des épidémies de gastroentérite et de grippe sur la même période. « L’AP-HP prend les dispositions nécessaires pour garantir la continuité du service public hospitalier et accueillir les patients », assure sa direction, précisant que « tous le effectifs devraient être opérationnels dans ses services d’urgence » et que des renforts sont prévus si besoin. « Comme l’année dernière, un peu plus de 80 % des lits médecine-chirurgie-obstétrique seront ouverts pendant la période de fin d’année », ajoute-t-on à l’AP-HP. L’année dernière, le plan 2 avait été activé plus tard dans la saison.

La direction de l’AP-HP n’a pas réagi dans l’immédiat à la grève illimitée des urgentistes prévue dès lundi à l’appel de l’Association des médecins urgentistes de France. Aucune perturbation majeure n’est à prévoir, cette grève consistant surtout à porter un « badge », d’après ses organisateurs. Les médecins libéraux, généralistes comme spécialistes, sont appelés à la grève par divers syndicats pour protester contre le projet de loi santé de la ministre de la Santé Marisol Touraine et demander une revalorisation des consultations.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum