Handicap : les associations tirent un bilan «mitigé» de la loi de 2005

Santé

Les associations représentatives des personnes handicapées ont tiré mardi un bilan « mitigé » de la loi de février 2005 sur le handicap, regrettant notamment un « manque d’impulsion politique » pour rendre les bâtiments accessibles ou l’échec de l’accompagnement scolaire.

Lors d’une table ronde organisée au Sénat par la commission pour le contrôle et l’application des lois, les associations étaient interrogées pour juger, sept ans après son vote, l’application de cette loi qui devait aider les personnes handicapées à s’intégrer dans la société. « Le bilan est mitigé », a résumé Jean-Marie Barbier, président de l’Association des Paralysés de France (APF). Si l’APF reconnaît « des avancées », elle déplore un « manque d’impulsion politique ». « La gouvernance est un problème », a estimé M. Barbier, appelant de ses vœux la nomination d’un haut commissaire au handicap qui serait rattaché au Premier ministre.

L’accessibilité des bâtiments publics, qui doit être effective en 2015, semble notamment compromise. « Il y a un retard évident », a souligné Arnaud de Broca, secrétaire général de la Fnath (accidentés du travail et handicapés), dénonçant un certain « flottement » dans sa mise en œuvre. La situation de l’emploi est également compliquée. « Les travailleurs handicapés ont plutôt bien résisté au début de la crise mais depuis quelques mois, c’est catastrophique », selon M. de Broca, qui a évoqué une forte hausse de la précarité.
   
Les associations ont tiré un « bilan très positif » en termes de scolarisation des enfants handicapés. « Les portes de l’école se sont ouvertes », a dit Sophie Cluzel, présidente de la Fédération nationale des associations au service des élèves présentant une situation de handicap (Fnaseph). « Mais on ne sait pas exactement combien d’enfants ne sont pas scolarisés, on manque d’outils statistiques », a-t-elle relevé. Elle a également déploré « l’échec complet de l’accompagnement scolaire », un dossier « au point mort depuis 2010 ». Globalement, les associations ont jugé que « la loi de 2005 est une bonne loi », mais qu’« il faut désormais l’appliquer ».

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2012

Sur le même thème :
Handicap : appel à la mobilisation des grandes entreprises (article du 13 mars 2012)
Semaine nationale des personnes handicapées physiques (article du 12 mars 2012)

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum