Installation des médecins : les villes moyennes pour un bonus-malus

Santé

La Fédération des villes moyennes (FMV) a réclamé « un système de bonus-malus » sur l’installation des médecins pour lutter contre la désertification sanitaire, dans un manifeste présenté mercredi.

Intitulé « Tous les territoires ont droit à la santé », ce manifeste détaillé par le président de la Fédération des villes moyennes (FMV) Christian Pierret, maire (PS) de Saint-Dié (Vosges) s’inquiète d’un possible « scénario de l’inacceptable » qui verrait l’offre de soins se concentrer excessivement, malgré les mises en garde des élus et associations. Cette problématique a été remise en octobre sur le devant de la scène après qu’une femme eut perdu son enfant alors qu’elle se rendait à la maternité de Brive, en Corrèze, à plus d’une heure de son domicile, dans le Lot. « Si la tendance à la concentration se poursuivait au rythme des vingt dernières années, on peut imaginer que dans vingt ou trente ans, il n’y ait plus de chirurgie que dans les villes les plus importantes, en gros la centaine de villes-centres de plus de 50 000 habitants », s’alarment les élus des villes moyennes.

Selon le manifeste, qui suggère 20 mesures, il convient de « mieux adapter notre système de santé à la géographie contemporaine, dans une perspective humaniste et républicaine d’encourager les services publics ». La FMV recommande entre autres d’« instaurer un système de bonus-malus à l’installation en fonction de la densité médicale ». Le gouvernement s’est dit favorable à « des incitations » à l’installation, sans vouloir aller au-delà. Il « n’a pas la moindre intention de remettre en cause la liberté d’installation des médecins », selon la ministre de la Santé Marisol Touraine, un point de vue que ne partagent pas tous les responsables socialistes.

La fédération veut aussi « ouvrir significativement des postes supplémentaires au concours de fin de première année des études médicales », en contrepartie de la signature par les bénéficiaires d’un contrat d’installation salariée dans des zones démunies. Ces élus souhaitent aussi que soit « garanti le maintien d’une offre de ville en secteur 1 à l’échelle des zones d’emploi (…) » et « pérenniser la place des centres hospitaliers généraux ». Les villes moyennes et groupements de villes moyennes représentent 26 % de la population française.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2012

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum