L’Europe s’allie pour trouver un vaccin contre le Covid-19

Santé

Quatre pays européens viennent d’annoncer la création d’une « Alliance inclusive pour le vaccin » contre le nouveau coronavirus SARS-CoV-2.

La France, l’Allemagne, l’Italie et les Pays-Bas ont annoncé, le 5 juin 2020, la création d’une « Alliance inclusive pour le vaccin » contre le Covid-19. Le rapprochement entre ces quatre pays a été engagé il y a quelques jours afin de mettre en commun leurs moyens pour soutenir le développement d’un vaccin et garantir l’approvisionnement de la population européenne à des conditions qui permettent également l’accès de tous les pays au vaccin à des conditions équitables, se félicite le ministère des Solidarités et de la Santé.

Pour ce faire, l’Alliance suit « très attentivement » les recherches les plus prometteuses sur le vaccin et est en contact étroit avec celles des entreprises pharmaceutiques les plus avancées sur son développement. Ces contacts visent à négocier des pré-accords avec ces entreprises, dans le but principal d’assurer le plus rapidement possible la production en Europe de ces vaccins, en quantité suffisante pour la population européenne et au-delà, affirment les quatre pays européens coalisés pour la circonstance. « Négocier de manière commune avec nos voisins européens permettra de garantir les meilleures conditions d’approvisionnement en vaccins pour la population française et européenne. L’objectif, c’est de peser vis-à-vis de l’industrie pour faire des vaccins un bien public mondial, conformément au souhait du président de la République », a déclaré le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran.

L’« Alliance inclusive pour le vaccin » veut assurer que le prix des vaccins soit un prix juste, permettant une diffusion globale, donc y compris au bénéfice des pays les plus pauvres, notamment d’Afrique. En outre, elle se veut ouverte à la coopération avec d’autres États membres de l’Union européenne, ainsi qu’avec la Commission, « afin de garantir une vision commune à l’échelon européen et mobiliser les moyens pouvant être mis à disposition à cette échelle ». Désormais, les travaux techniques entre les quatre pays vont s’accélérer, en lien avec la Commission européenne.

Posté le par

Recommander cet article