L’externalisation des fonctions et services supports à l’hôpital au cœur des débats

Santé

HOSPIMEDIA – Les échanges de la journée sur les Fonctions et services supports en santé (F3S) de la Fédération hospitalière de France (FHF) ont questionné l’opportunité, pour l’hôpital, d’externaliser ou non ces services.

HOSPIMEDIA – Bug informatique, circuit d’approvisionnement en draps défaillant, collecte des déchets perturbée… Qu’un service support en santé se grippe et c’est la performance de l’activité hospitalière qui se retrouve touchée. Si le caractère indispensable des F3S n’était plus à démontrer aux participants du colloque organisé le 21&nbp;mars par SPH conseil, les intervenants ont pu cependant débattre, à travers des exemples concrets, de la pertinence du choix de l’externalisation d’un service pour un hôpital.

En préambule, plusieurs participants, dont le docteur Patrick Daoud, chef de pôle au CHI de Montreuil, se sont référés à une définition des F3S exposée lors d’un précédent colloque dédié. Ainsi, il a rappelé que ces fonctions « veillent à garantir un niveau de service support indispensable à la performance des équipes opérationnelles ». Elles jouent ainsi « un rôle de facilitateur, sont indissociables de la mission de soin et influent sur la prise en charge du patient et sur son ressenti », a-t-il souligné.

Observer les coûts pour optimiser les F3S

Le consultant Bernard Jouannaud, par ailleurs directeur d’un établissement d’Hospitalisation à domicile (HAD) à Angers, a qualifié l’évolution des F3S ces dernières années de « petite révolution ». « Longtemps déconsidérées et considérées comme annexes, elles s’inscrivent pleinement dans des logiques de prestations et d’engagement de services envers le patient, qui a une vision de plus en plus consumériste de l’offre de soins », a-t-il résumé. Il a souligné que les établissements « n’étaient plus dans le choix binaire « faire faire » ou « faire tout seul » mais dans le « faire ensemble » ».

Considérant que les F3S pouvaient se révéler être des « atouts et des facteurs de succès de l’efficacité et de l’efficience collective », les intervenants se sont ainsi penchés sur les manières dont une structure pouvait concevoir et mettre en œuvre des démarches d’optimisation, et éventuellement, opter pour une externalisation. À l’occasion d’un échange réunissant Yves Gaubert, responsable du pôle budget et finances à la FHF et Laurent Renaut, chef de la direction du système d’information et de l’analyse de gestion du CHU d’Angers, a été évoquée la possibilité de mettre en place un observatoire des coûts des F3S.

Hausse « considérable » de la sous-traitance

Yves Gaubert a notamment présenté une étude montrant qu’entre 2006 et 2010, l’évolution des dépenses de sous-traitance des établissements est « considérable » avec une hausse totale pour l’alimentation, le nettoyage et la blanchisserie de 32% sur 5 ans, « soit une hausse en euros constants de 24% ». Il a cependant souligné que les évolutions en pourcentage du nombre d’établissements concernés par la sous-traitance n’étaient pas proportionnelles à celles des dépenses. « Si ces éléments nous amènent à réfléchir sur l’évolution des coûts, une conclusion définitive semble difficile à apporter, d’autant plus qu’au niveau micro, les évolutions sont disparates d’un établissement à l’autre », a-t-il précisé, après une comparaison des coûts censée arbitrer entre sous-traitance et gestion interne. « Il n’y a pas de solution définitive. Cependant deux certitudes, il faut se donner les moyens de connaître réellement ses coûts et de suivre régulièrement la situation du marché », a-t-il conclu.

A ce sujet, Laurent Renaut a présenté les travaux du Groupe pour l’amélioration de la comptabilité analytique hospitalière (GACAH) à Angers permettant des comparaisons inter-hospitalières de coûts. Il a insisté sur l’intérêt pour les CH de surveiller ces coûts alors que la trentaine d’activités suivies par le GACAH (activités administratives, logistique, logistique médicale et médico-technique) pouvaient « représenter jusqu’à 50% du budget d’un établissement » et relevé une demande croissante des CH d’avoir plus de détails des coûts des F3S.

Variété des stratégies des établissements

Afin de présenter des outils d’optimisation des coûts des F3S, le directeur du Réseau des acheteurs hospitaliers d’Ile-de-France (GIP RESAH-IDF), Dominique Legouge, a souligné que les établissements pouvaient utiliser d’autres leviers à l’achat que la massification des commandes, en étudiant le « juste besoin, la décomposition prix, le coût global, le prix d’objectif, la mesure de la performance, ou encore l’ingénierie contractuelle » et que les réseaux permettaient également « d’identifier et de diffuser les bonnes pratiques », avec la mise en place de « groupes de benchmarking et d’appui et de formations ».

Preuve de la diversité des choix des établissements, un exemple d’internalisation d’une F3S a été développé concernant la collecte des déchets ménagers au CHU de Tours, quand le directeur du CH de Troyes, Alain David, a présenté l’externalisation au privé de son activité de stérilisation, restée néanmoins sur site. Enfin, à travers l’exemple de la restauration, Éric Commelin, directeur du groupe EC6, une équipe d’experts en restauration et nutrition hospitalière, a montré la variété des cas de figure possibles : externalisation complète de la production des repas à l’institut Jean Godinot à Reims, externalisation des approvisionnements et gestion interne de la production des repas pour le GIP de l’Angoumois, externalisation de la production des plats cuisinés au CHU de Toulouse ou encore, internalisation intégrale de la production des repas pour le Groupement de coopération sanitaire (GCS) des hôpitaux de l’ouest varois.

Caroline Cordier
Tous droits réservés 2001/2012 – HOSPIMEDIA

Les informations publiées par HOSPIMEDIA sont réservées au seul usage de ses abonnés. Pour toute demande de droits de reproduction et de diffusion, contacter HOSPIMEDIA (copyright@hospimedia.fr). Plus d’information sur le copyright et le droit d’auteur appliqués aux contenus publiés par HOSPIMEDIA dans la rubrique conditions d’utilisation.
 

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum