Une clinique psychiatrique pour accueillir les professionnels de santé

Santé

Ramsay Générale de Santé a ouvert une clinique dédiée à la prise en charge psychiatrique des professionnels de santé.

Le mal-être des soignants représente désormais un véritable enjeu en matière de santé publique. Selon des études du ministère des Solidarités et de la Santé et de l’association SPS, plus d’un médecin généraliste sur dix se trouve en détresse psychologique et près de la moitié des professionnels de santé s’estime concernée par le burn out. Pour répondre à cette problématique, Ramsay Générale de Santé, qui se revendique comme le premier groupe d’hospitalisation privée, a inauguré à l’automne 2017, à Louhans (Saône-et-Loire), une clinique de psychiatrie générale dédiée à l’accueil des professionnels de santé, toutes professions et tous statuts confondus.

Une prise en charge de la souffrance du personnel soignant

Pour assurer la coordination et le suivi des soins prodigués à ses patients, le groupe Ramsay Générale de Santé a choisi de regrouper les activités de Médecine-Chirurgie-Obstétrique (MCO) de l’hôpital privé Sainte-Marie de Chalon-sur-Saône et l’activité de soins de suite et de réadaptation (SSR) de la clinique Val de Seille à Louhans sur le site du premier établissement cité. Propriétaire de la clinique Val de Seille, le groupe a alors développé un projet de reconversion de l’établissement en le spécialisant dans l’accueil psychiatrique des personnels hospitaliers en souffrance. Fort de 17 % de parts de marché dans le domaine de l’hospitalisation privée en santé mentale, 30 cliniques (soit un quart des établissements du groupe) et 23 000 hospitalisations par an, Ramsay Générale de Santé entend se positionner comme « l’un des principaux acteurs de la psychiatrie privée en France ». Le groupe propose ainsi une offre de soins adaptée aux différentes pathologies mentales, allant du dépistage à la prise en charge, jusqu’à la réhabilitation cognitive et sociale. Une activité qui se structure avec l’ouverture, mi-octobre 2017, de la clinique Le Gouz (anciennement Val de Seille) dédiée à l’accueil des professionnels de santé.

La souffrance psychologique des soignants peut entraîner des charges socio-économiques importantes pesant sur le système de soins. En outre, le mal-être des professionnels de santé représente des risques importants pour les soignants (impacts sur la vie et la carrière), mais également pour les patients. En effet, celui-ci peut affecter la sécurité et la qualité des soins prodigués. « C’est pourquoi, en tant qu’acteur majeur du système de santé français, il est de notre responsabilité de prendre en charge le mal-être du personnel médical quel qu’il soit. Ce mal-être est aujourd’hui identifié, mais encore trop peu maîtrisé. En France, les structures disposant de services adaptés à la prise en charge des professionnels de santé en souffrance ne comptabilisent au total que 300 lits pour un million de professionnels de santé. Des solutions doivent dont être envisagées pour prévenir, aider et prendre en charge les personnes en souffrance dans des lieux dédiés », explique Damien Michon, directeur de la santé mentale chez Ramsay Générale de Santé.

Le projet de reconversion de la clinique Le Gouz (anciennement Val de Seille) en clinique de psychiatrie à destination du personnel soignant a été élaboré avec le soutien de l’Agence régionale de santé (ARS) et de l’association Soins aux professionnels de santé (SPS), dont la vocation est d’aider et d’accompagner tous les soignants rendus vulnérables par des actions de prévention, d’écoute, d’orientation et de prise en charge à l’échelle nationale.

Une prise en charge sur-mesure

Selon l’association SPS, en situation de souffrance, 80 % des professionnels de santé préféreraient aller dans une structure dédiée au corps médical pour se faire soigner. Pour satisfaire ce souhait, la Clinique Le Gouz accueille exclusivement les professionnels de santé (toutes professions et tous statuts confondus), issus de la région ou non, ayant besoin d’une prise en charge en hospitalisation, en temps plein ou à temps partiel de jour.

Toutes les pathologies relevant de la souffrance psychique sont traitées, parmi lesquelles les quatre diagnostics les plus fréquents. À savoir :

  • L’épuisement professionnel (burn out) ;
  • La prévention de la crise suicidaire ;
  • Les addictions ;
  • Les troubles dépressifs.

À son ouverture, la clinique Le Gouz pouvait accueillir 40 patients en hospitalisation complète (10 places en hôpital de jour étaient prévues par la suite). Formé à la prise en charge de l’épuisement professionnel en service de psychiatrie, le personnel soignant peut accompagner au mieux les patients pour une rapide réhabilitation cognitive et sociale. Une coopération avec les différents ordres des professionnels de santé (médecins, pharmaciens, dentistes, infirmiers…) et l’Union régionale des professionnels de santé (URPS) a été initiée, afin d’optimiser le dispositif de repérage, via notamment les consultations de prévention des ordres régionaux.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum