Agent non titulaire et nomination pour ordre

Statut

Dans l’arrêt n° 13MA02301 du 12 mai 2015, la Cour administrative d’appel de Marseille précise que le recrutement d’un agent contractuel en vue de sa mise à disposition dès le jour de son recrutement, constitue une nomination pour ordre.

La mise à disposition est la situation du fonctionnaire qui demeure dans son cadre d’emplois ou corps d’origine, est réputé y occuper un emploi, continue à percevoir la rémunération correspondante, mais qui exerce ses fonctions hors du service où il a vocation à servir. Elle concerne les fonctionnaires titulaires et les agents non titulaires bénéficiaires d’un contrat de travail à durée indéterminée.

Un agent contractuel qui n’a à aucun moment, exercé préalablement à sa mise à disposition des fonctions au sein de la structure qui l’a recruté, ne peut, par suite, être regardé comme continuant à occuper son emploi pendant sa mise à disposition. Le recrutement est alors considéré comme n’étant pas intervenu exclusivement en vue de pourvoir à un emploi vacant et il ne permet pas à son bénéficiaire d’exercer les fonctions correspondantes.

 

Texte de référence : Cour administrative d’appel de Marseille 8e chambre – formation à 3, 12 mai 2015, n° 13MA02301

L'analyse des spécialistes

  • Domaine public, occupation et mise concurrence : retours sur les apports de l’ordonnance du 19 avril 2017 Concurrence

    Domaine public, occupation et mise concurrence : retours sur les apports de l’ordonnance du 19 avril 2017

    06/12/17
    Depuis le 1er juillet 2017, les gestionnaires du domaine public sont obligés de mettre en œuvre des procédures transparentes et non discriminatoires avant d’autoriser une personne à occuper le domaine public.
  • Droit de la fonction publique et harcèlement moral: du bon usage du référé-libertés fondamentales Droits et obligations

    Droit de la fonction publique : harcèlement moral et bon usage du référé-libertés fondamentales

    15/11/17
    Le droit de ne pas être soumis à un harcèlement moral constitue, pour un agent public, une liberté fondamentale invocable dans le cadre du référé-liberté.
  • Droit de l’environnement : réforme de l’évaluation environnementale Urbanisme

    Droit de l’environnement : réforme de l’évaluation environnementale

    18/10/17
    Le projet de loi ratifiant les ordonnances n° 2016-1058 du 3 août 2016, relative à la modification des règles applicables à l’évaluation environnementale des projets, plans et programmes, et n° 2016-1060 du 3 août 2016, portant réforme des procédures destinées à assurer l’information et la participation du public à l’élaboration de certaines décisions susceptibles d’avoir une incidence sur l’environnement, a été adopté en première lecture par l’Assemblée nationale le 18 juillet 2017. Elles viennent d’être modifiées au Sénat et une commission mixte paritaire doit se réunir prochainement pour trouver un consensus sur la réduction du texte.
  • Tous les articles juridiques