Augmentation des salaires des fonctionnaires de catégorie C aux 1er janvier 2014 et 2015

Statut

Au 1er janvier 2014, tous les fonctionnaires de catégorie C devraient bénéficier d’une revalorisation de leur net à payer de 20 à 40 euros par mois.

Le 7 février, Mme Lebranchu avait annoncé que le point d’indice, qui sert de base au calcul des salaires des plus de 5 millions d’agents, resterait gelé en 2013 (elle a depuis indiqué qu’il n’était pas question pour l’heure d’un dégel en 2014). Dans le même temps, elle avait annoncé qu’elle proposerait des mesures en faveur des agents de catégorie C, applicables au 1er janvier 2014.

Lors d’une réunion avec les syndicats, mardi 23 juillet, le gouvernement a proposé une nouvelle grille salariale aux organisations syndicales, avec un effort particulièrement marqué en direction des agents les moins bien rémunérés de la catégorie C. Les partenaires sociaux ont rejeté cette proposition exprimant leur désaccord sur l’attribution de 5 à 7 points d’indice majoré en moyenne en plus aux agents de catégorie C : le reclassement des agents intervenant sur des échelons inférieurs à ceux dont ils bénéficient actuellement. Les décisions sur les modalités de la revalorisation seront définitivement prises en septembre, a indiqué vendredi 26 juillet le gouvernement. Une nouvelle hausse indiciaire de cinq points devrait également intervenir au 1er janvier 2015.

La fonction publique compte trois catégories d’agents, A, B et C. Cette dernière catégorie, au sein de laquelle « plus d’un million de fonctionnaires ont aujourd’hui un traitement proche du salaire minimum », selon le gouvernement, constitue 47 % des agents, selon les dernières données disponibles. Dans la fonction publique territoriale, 75,9 % des agents sont dans cette catégorie, tandis qu’ils sont 49,5 % dans l’hospitalière et 22,9 % dans la fonction publique d’État.

L'analyse des spécialistes

  • Urbanisme : la planification territoriale, un nouveau cadre juridique pour les schémas de cohérence territoriale Urbanisme

    Urbanisme : la planification territoriale, un nouveau cadre juridique pour les schémas de cohérence territoriale

    27/07/20
    Deux ordonnances, prises en application de la loi Élan de 2018, ont été publiées le 18 juin 2020 afin de simplifier la planification territoriale.
  • Le repositionnement du maire dans le transfert de ses pouvoirs de police spéciale aux présidents d’EPCI Élus

    Le repositionnement du maire dans le transfert de ses pouvoirs de police spéciale aux présidents d’EPCI

    24/07/20
    L’article 11 de la loi n° 2020-760 du 22 juin 2020 s’inscrit dans la continuité de la loi n° 2019-1461 du 27 décembre 2019 dite « engagement et proximité ». Cette dernière a pour objectif de retisser le lien entre l’État et les élus locaux, particulièrement les maires qui se sont estimés malmenés depuis l’adoption de la loi NOTRe. L’article 11 précité contribue à repositionner les maires dans l’intercommunalité en supprimant l’automaticité des transferts des pouvoirs de police spéciale aux présidents des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) au moment de leur élection.
  • L'élaboration du projet de loi "3D" à l’épreuve de la Covid-19 Administration

    L’élaboration du projet de loi « 3D » à l’épreuve de la Covid-19

    10/07/20
    Le 6 janvier 2020, Madame Jacqueline Gourault a prononcé un discours à Arras dans lequel elle exposait le souhait du Gouvernement d'associer les élus locaux à la construction d'un projet de loi visant à redéfinir les relations entre l'État et les collectivités territoriales1. Des concertations devaient être menées jusqu'en juin 2020.
  • Tous les articles juridiques