Territoriale : vers une évolution des conditions de promotion des fonctionnaires ?

Statut

Si une réforme des conditions de promotion interne est à l’étude, le ministre de l’Intérieur rappelle qu’elle ne devra pas remettre en cause l’équilibre entre les différents modes de recrutement.

En réponse à une question du sénateur (NI) de Moselle, Jean-Louis Masson, le ministre de l’Intérieur a annoncé qu’une réflexion « est d’ores et déjà engagée dans le cadre de la réforme statutaire concernant les fonctionnaires de catégorie B, qui nécessite de réviser l’ensemble des mécanismes de recrutement et de promotion ». La situation des lauréats de l’examen professionnel non encore recrutés « fait l’objet d’un examen attentif dans le cadre de ces travaux », a indiqué Brice Hortefeux.

Jusqu’au 1er décembre 2011, un examen professionnel annuel pour l’accès au cadre d’emplois des rédacteurs territoriaux a été prévu par décret. Ce dispositif, qui répondait « à une volonté générale de renforcer l’outil de valorisation du mérite » que constitue la promotion interne, est venu s’ajouter à la sélection « au choix » initialement prévue par le statut particulier de ce cadre d’emplois.

Dysfonctionnements de la promotion interne

Pourtant, la promotion interne est en proie à de nombreux dysfonctionnements qui favorisent l’écart existant entre le nombre de candidats réunissant les conditions statutaires pour bénéficier de ces dispositions et le nombre de postes effectivement disponibles. Ce qu’a reconnu le ministre de l’Intérieur qui a toutefois estimé que des mesures avaient déjà été prises, dès 2006, afin d’améliorer la capacité de recrutement des collectivités territoriales dans ce domaine. Et notamment le décret n° 2006-1462 du 28 novembre 2006 qui a permis de porter provisoirement la proportion des recrutements par cette voie « à un pour deux recrutements par voie de concours ou de mutation externe », ainsi que d’abaisser à deux ans le délai de carence au-delà duquel il est possible de procéder à une nomination au choix lorsqu’un seul recrutement externe a été réalisé dans ce laps de temps.

Proportionnalité entre les modes de recrutement

Une règle de proportionnalité entre les modes de recrutement externe et interne qui, a rappelé Brice Hortefeux, « est inhérente au caractère complémentaire du recrutement par promotion interne et résulte des dispositions de la loi du 26 janvier 1984 ». Dès lors, largement réajustée, « elle ne pourrait l’être davantage sans remettre en cause l’équilibre entre les différents modes de recrutement ».

Dans sa réponse, le ministre de l’Intérieur a par ailleurs souligné que les jurys des examens professionnels « ont la possibilité de fixer la note d’admission à un niveau supérieur à 10 sur 20 pour tenir compte du nombre élevé de candidats, de l’existence de quotas pour l’inscription en liste d’aptitude et de l’obligation d’organiser un examen chaque année jusqu’en 2011 ».

Franck Vercuse

Texte de référence : Question parlementaire n° 10772, réponse publiée au JO Sénat du 25 février 2010

L'analyse des spécialistes

  • Urbanisme : la planification territoriale, un nouveau cadre juridique pour les schémas de cohérence territoriale Urbanisme

    Urbanisme : la planification territoriale, un nouveau cadre juridique pour les schémas de cohérence territoriale

    27/07/20
    Deux ordonnances, prises en application de la loi Élan de 2018, ont été publiées le 18 juin 2020 afin de simplifier la planification territoriale.
  • Le repositionnement du maire dans le transfert de ses pouvoirs de police spéciale aux présidents d’EPCI Élus

    Le repositionnement du maire dans le transfert de ses pouvoirs de police spéciale aux présidents d’EPCI

    24/07/20
    L’article 11 de la loi n° 2020-760 du 22 juin 2020 s’inscrit dans la continuité de la loi n° 2019-1461 du 27 décembre 2019 dite « engagement et proximité ». Cette dernière a pour objectif de retisser le lien entre l’État et les élus locaux, particulièrement les maires qui se sont estimés malmenés depuis l’adoption de la loi NOTRe. L’article 11 précité contribue à repositionner les maires dans l’intercommunalité en supprimant l’automaticité des transferts des pouvoirs de police spéciale aux présidents des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) au moment de leur élection.
  • L'élaboration du projet de loi "3D" à l’épreuve de la Covid-19 Administration

    L’élaboration du projet de loi « 3D » à l’épreuve de la Covid-19

    10/07/20
    Le 6 janvier 2020, Madame Jacqueline Gourault a prononcé un discours à Arras dans lequel elle exposait le souhait du Gouvernement d'associer les élus locaux à la construction d'un projet de loi visant à redéfinir les relations entre l'État et les collectivités territoriales1. Des concertations devaient être menées jusqu'en juin 2020.
  • Tous les articles juridiques