À Saint-Jean-de-la-Ruelle, une friche industrielle se transforme en quartier contemporain

Urbanisme

Dans le Loiret, un projet urbain ambitieux se dessine sur l’ancien site Renault TRW. Un espace de 2,6 hectares conçu comme une ville-paysage.

C’est un projet d’aménagement emblématique qui démarre à Saint-Jean-de-la-Ruelle (45) et qui, à terme, verra la construction de 375 logements, dont 75 sociaux, 1 hôtel d’une centaine de chambres et environ 1 000 m2 de commerces et services, sur une friche industrielle de plus de 25 000 m2. « C’est un dossier sur lequel nous travaillons depuis plus de dix ans maintenant, nous informe Christophe Chaillou, le maire de la commune. L’aménagement de la friche des usines Renault est un dossier emblématique pour la ville ».

En juin 2019 dernier, le groupement Nexity-Sully Promotion a remporté la réalisation du projet à la suite d’une procédure ouverte menée par Renault en liaison avec la municipalité. Ce projet d’aménagement représente un enjeu majeur pour Saint-Jean-de-la-Ruelle et le territoire de la métropole orléanaise, puisqu’il s’intègre dans un projet plus global de réaménagement.

Le site situé à l’entrée de la commune, est directement connecté avec la Loire et constituera sans doute « un des lieux centraux de la métropole dans un secteur qui va beaucoup évoluer », selon le maire. C’est d’ailleurs à proximité directe du site que la métropole envisage la construction de la future cité de la musique, à l’horizon 2023.

La friche Renault TRW, implantée sur un site classé au patrimoine mondial de l’Unesco, bénéficie d’une situation idéale, profondément liée au paysage de la Loire. « Nous souhaitions un quartier très ouvert avec de grandes avenues qui amènent vers le fleuve et permettent de dégager un maximum de vue, avec des cheminements le long de la Loire », précise le maire.

Le projet, dont les premières réalisations sortiront de terre dès 2021, générera des continuités paysagères depuis les berges et s’insinuera en profondeur dans tout le quartier jusqu’aux toits des bâtiments. Il privilégiera, à ce titre, une hauteur du bâti respectueuse de l’environnement, des terrasses et jardins pour tous le logements, des toits terrasses accessibles pour tous et partagés, des espaces publics aérés à haute qualité écologique, des rues apaisées privilégiant une circulation douce, paisible, sécurisée et à l’abri du flux routier.

La dépollution du site, un enjeu majeur

Qui dit activité industrielle dit également « pollution ». Renault, ex-propriétaire des terrains a conduit un premier travail pour convertir le site à un niveau dépollué de type industriel. « Notre rôle est de l’amener à une dépollution de type résidentiel. Concrètement, nous procéderons à une dépollution par enlèvement, puis mise en décharge spécialisée », explique Ivain Le Roy Liberge, directeur général de Sully Promotion.

Le changement d’affectation du site a, par ailleurs, nécessité une modification du plan local d’urbanisme. Huit ans seront nécessaires pour que le projet arrive à son terme.

Pour Christophe Chaillou, aménager ce nouveau quartier représente à la fois un enjeu en termes d’accès à la Loire, d’aménagement durable et de qualité de vie.

Blandine Klaas

Source : RCL

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum