Bobigny, ville sans centre, dévoile un projet de centre-ville

Urbanisme

Ville sans centre, Bobigny a dévoilé lundi 14 novembre un projet de nouveau quartier articulé autour d’une rue commerçante centrale appelée à remplacer d’ici à 2025 le centre commercial actuel, en décrépitude.

Les copropriétaires privés du centre commercial Bobigny 2 – dont la ville -, ont signé lundi avec le promoteur Altarea Cogedim, associé à l’agence d’architecture VTK, un protocole d’accord pour la réalisation de ce projet estimé à 370 millions d’euros, ont-ils annoncé dans un communiqué commun.

Ce nouveau quartier de plus de 100 000 m2 verra le jour entre la préfecture, l’Hôtel de Ville et la gare routière, terminus de la ligne 5 du métro parisien.

Irrigué par une rue commerçante et des ruelles selon un plan destiné à relier des quartiers aujourd’hui déconnectés, il accueillera 1 170 logements ainsi que 10 000 m2 de bureaux. Une grande place centrale a également été prévue, dans une ville qui en est dépourvue.

Commune « suspendue », Bobigny est organisée selon un système de dalles piétonnes et de « bouquets » de tours reliées par des passerelles.

« Dans les années 60, la préfecture était un champ. Il y avait un centre autour de la mairie, de l’église et de la boulangerie. Quand on a tout mis sur dalle, on a créé plusieurs centralités », a décrit à l’AFP le maire UDI de Bobigny, Stéphane de Paoli.

Le maire, qui était conducteur de travaux avant de ravir la mairie aux communistes en 2014, souhaite « que les Balbyniens aient envie de se rencontrer dans cette rue commerçante ».

Selon l’édile, la création d’un centre-ville à la place du centre commercial qui en tient lieu aujourd’hui répond à une attente forte des habitants mais aussi des commerçants de Bobigny 2.

« Les habitants veulent de vraies enseignes, de vêtements et de décoration d’intérieur par exemple », a souligné Kianoush Moghadam, chargé du projet à la municipalité.

L’objectif de cette opération est aussi de changer l’image d’une ville qui concentre 62 % de logements sociaux et plus de 80 % dans les quartiers de la dalle.

« La question est de savoir si la ville va saisir le train du Grand Paris en profitant de son emplacement stratégique », à quelques kilomètres de la capitale, a ajouté M. Moghadam.

Environ 60 000 voyageurs transitent chaque jour par la gare routière de Bobigny-Pablo-Picasso et près de 15 000 salariés travaillent dans la ville-préfecture. En 2025, la ville sera également desservie par la ligne 15 du Grand Paris Express qui la mettra à 20 minutes de la Défense.

La municipalité s’est engagée à associer au projet la population qui sera invitée à départager les différentes propositions architecturales.

 
Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2016

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum