Les stations de montagne iséroises se réinventent

Urbanisme

Le climat change. Les envies des touristes évoluent. Le département de l’Isère mène une réflexion de fond sur l’évolution du modèle de développement de ses stations avec un objectif précis : anticiper ce que sera la montagne de demain.

Un chiffre d’affaires de 1,2 Md€ par an. C’est le montant généré par la seule consommation touristique dans le département de l’Isère, connu pour ses 23 stations de montagne. Une performance qui pourrait être menacée par les mutations de l’économie touristique et le changement climatique, avec des conséquences sur l’attractivité des massifs. Sans attendre, le département et les communes aux côtés de spécialistes imaginent la montagne de demain. « Aujourd’hui, la richesse en station ne peut plus être portée par les seules remontées mécaniques. Les richesses, ce sont également les meublés, les hôtels, les commerçants, tous les professionnels et acteurs du tourisme qui vivent en montagne et de la montagne. Il s’agit désormais de passer d’une logique de station de ski à une logique de station de montagne qui n’est plus un simple décor, mais vit toute l’année et continue à pourvoir des emplois », explique Chantal Carlioz, maire de Villard-de-Lans (38) et vice-présidente du conseil départemental de l’Isère en charge du Tourisme, de la Montagne et des Stations.

Le projet Station du futur est lancé sous l’égide du département qui les accompagne dans cette transition écologique, économique, mais aussi sociale. Issu d’une démarche participative et progressive, le projet s’appuie sur les spécificités de la montagne iséroise, avec ses massifs allant de 1 000 à 4 000 mètres d’altitude, pour imaginer la station de demain.

Contrats de performance

Cinq typologies ont été imaginées et seront appliquées dans des stations pilotes. « L’idée consiste à installer, pour chacun des scenarii, un démonstrateur qui fait office de véritable laboratoire de plein air, poursuit Chantal Carlioz. Au vu d’une saison d’hiver et d’une saison d’été de démonstration, nous serons en mesure de déterminer ce que devra être la station de demain en termes de gouvernance, d’environnement, d’accueil ou encore de loisirs. C’est tous ensemble que nous réinventerons la station de demain. » Le département, en charge de l’animation, participe financièrement à ces développements dans le cadre de ses contrats de performance Alpes Isère, aux côtés des élus locaux et des entreprises partenaires.

Blandine Klaas

Source : RCL

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum