Mytraffic et Villes de France révèlent les facteurs de succès des centres-villes les plus dynamiques

Urbanisme

En dépit de la crise sanitaire, les villes moyennes ont su préserver une fréquentation très importante de leur centre-ville, comme le montre le premier palmarès Mytraffic et Villes de France. Trio de tête : Villefranche-sur-Saône, Chambéry et Pau.

Animations de rues, rééquilibrage des zones commerciales, repeuplement du cœur de ville, circulation et stationnement facilités, amélioration de la qualité architecturale… Un certain nombre d’actions ont permis aux villes moyennes les plus dynamiques de conserver une bonne fréquentation de leur centre-ville pendant la crise sanitaire. Mytraffic, leader européen de l’analyse du flux piéton, a analysé pour Villes de France les données relatives à plus de 180 zones-centres de villes moyennes. Trente se distinguent, avec en tête : Villefranche-sur-Saône (Rhône, 36 857 habitants), Chambéry (Savoie, 58 919 habitants) et Pau (Pyrénées-Orientales, 77 130 habitants). Des communes qui, malgré deux confinements, un couvre-feu et des fermetures de restaurants et sites culturels, ont affiché entre mars 2020 et janvier 2021 un flux moyen de visites équivalent à 76 % de leur niveau mesuré en janvier-février 2020, antérieurement à la crise

« Après des décennies de difficultés démographiques et économiques, les villes moyennes voient s’ouvrir une période en phase avec leur atouts intrinsèques – densité plus faible que dans les métropoles, équilibre entre niveau de services et prix de l’immobilier, proximité de la nature », précisent les auteurs de l’étude. La fréquentation piétonne montre tout particulièrement le degré d’attractivité des territoires ; ainsi, la corrélation entre le niveau de trafic visiteurs et d’autres indicateurs comme la vacance commerciale ou la croissance démographique est systématique.

Des résultats également liés à une stratégie de long terme, vingt-cinq des trente villes du palmarès sont gérées par des maires en place depuis sept ans ou plus, et dont 86 % ont été élus au premier tour des municipales de 2020.

Cinq facteurs semblent présider à la réussite des centres-villes, à commencer par la reconcentration des activités, après un déclin du centre au profit de la périphérie depuis les années 70 : extension de zones commerciales, pavillonnaires, ou d’activité profitant d’un foncier moins cher. À l’inverse, les villes les plus fréquentées luttent contre la vacance des logements en centre-ville pour préserver une densité d’habitation, conservent des services et des équipements publics, et équilibrent leur politique commerciale, en limitant ou en interdisant l’installation de commerces en périphérie ou en attirant au centre des commerces locomotives : cinémas, enseignes internationales…

Elles veillent également à équilibrer l’accessibilité et la « pacification » du centre-ville : accès et stationnement possible en voiture (création de parkings, tarification incitant à la rotation des véhicules) et développement des zones piétonnes ou des zones 20 km/h où cohabitent piétons, vélos, voitures à vitesse limitée ; élargissement des trottoirs, extension des terrasses ou création de pistes cyclables, une tendance qui s’est récemment accélérée. La piétonnisation de places ou d’artères commerçantes ont presque toujours renforcé le trafic piéton.

Ces communes mettent l’accent sur la rénovation du patrimoine historique, parfois depuis vingt ans, en investissant pour réhabiliter ou acquérir des sites remarquables situés en centre-ville. Ce  qui accroît le flux touristique, embellit l’espace et dynamise le quartier. Elles ont également souvent lancé (ou relancé) des événements ou festivals qui valorisent les spécificités de leur culture et de leur patrimoine vivant.

Presque toutes les villes du palmarès ont nommé un manager et dédié une équipe au cœur de ville, d’où une organisation plus transversale et plus collaborative entre les services. Nombre d’entre elles ont aussi créé une foncière publique pour racheter des cellules commerciales, les rénover et les louer à prix attractif. Elles sont généralement accompagnées par le programme national Action Cœur de Ville de l’ANCT.

Enfin, ces communes se caractérisent aussi par un tissu de commerçants dynamique en centre-ville, notamment les associations de commerçants, et par un dialogue étroit entre les acteurs privés et les responsables publics.

Marie Gasnier

Source : Palmarès des centres-villes dynamiques, Mytraffic et Villes de France, mars 2021

Méthodologie

MyTraffic a comptabilisé les passages dans plus de 180 zones de centres-villes de villes moyennes (moins de 100 000 habitants), entre mars 2020 et janvier 2021. Ont été retirées les villes d’Île-de-France, les villes présentant une continuité urbaine avec des métropoles, et les villes touristiques (à très fortes variations saisonnières).

Posté le par

Recommander cet article