Urbanisme et qualité de l’air : réflexions des élus de Grenoble-Alpes Métropole

Urbanisme

Dans le cadre de l’élaboration de son plan local d’urbanisme intercommunal (PLUi) Grenoble-Alpes Métropole organisait le 30 avril dernier un séminaire ayant pour thème « environnement et cadre de vie ». L’occasion pour les élus d’évoquer notamment la question de la qualité de l’air et ainsi de réfléchir aux orientations politiques du futur plan.

Grenoble-Alpes Métropole compétente depuis le 1er janvier 2015 en matière d’urbanisme a en effet décidé d’engager, en étroite collaboration avec les 49 communes membres, l’élaboration de son plan local d’urbanisme intercommunal. Territoire d’innovations sociales et technologiques, Grenoble-Alpes Métropole souhaite placer la question de l’environnement au cœur de son PLUi.

D’ailleurs dans le cadre de la délibération de lancement de la démarche du PLUi, il est bien indiqué : « Le PLUi métropolitain aura pour objectif d’améliorer le bien-être et la santé des habitants en définissant des principes permettant de prévenir et limiter l’exposition de la population aux pollutions atmosphériques et aux nuisances sonores. »

C’est pourquoi après le séminaire sur la mobilité du 9 avril, la question de la  qualité de l’air a été abordée samedi 30 avril à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble. Lors de cette réunion les sujets traités ont été regroupés en quatre thèmes : agriculture et forêt, trame verte et bleue, lutte contre le changement climatique et préservation des ressources et enfin qualité de vie des habitants (pollution de l’air et nuisances sonores). Ce séminaire qui a réuni environ 80 élus métropolitains, a permis dans un premier temps une présentation des principaux enjeux par les experts techniques des différents domaines. Dans un second temps lors d’ateliers, les élus ont pu réfléchir et ainsi dégager les grandes lignes de consensus et éventuels points de blocages. Lors de cet échange Air Rhône-Alpes a contribué à éclairer la réflexion politique en apportant les éléments techniques de diagnostic concernant la qualité de l’air.

Adapter l’environnement urbain pour réduire l’exposition de la population à la pollution atmosphérique

Les décisions en matière de planification et d’aménagement des territoires ont des impacts directs sur l’environnement et sur la santé des citoyens, c’est pourquoi en complément des mesures visant à réduire les émissions de polluants à la source, des actions doivent être menées pour réduire l’exposition des populations à la pollution.

Ces actions peuvent porter en premier lieu sur des zones urbaines compte tenu de la densité de population, de la forte activité et de niveaux de pollution plus élevés. D’ailleurs deux polluants sont particulièrement préoccupants dans les grandes agglomérations de la région et leurs niveaux doivent être abaissés : les particules en suspension (PM10) et le dioxyde d’azote (NO2). Les seuils réglementaires pour ces polluants sont dépassés de manière récurrente dans le centre-ville et en bordure des grands axes routiers (grands boulevards et voies rapides urbaines).

Le développement d’un urbanisme intégrant les enjeux de qualité de l’air contribuera à une exposition moindre des populations urbaines. Pour cela, une démarche en faveur de la protection des populations doit être engagée pour traiter les territoires fragilisés. Elle doit aussi être incluse dans le cadre du développement de la ville de demain. Cette démarche s’intègre dans une réflexion plus globale visant la réduction des inégalités territoriales, environnementales, sociales et de santé. Il y a notamment un enjeu prioritaire à traiter la question des établissements recevant des personnes sensibles (enfants, malades, personnes âgées).

 

La carte stratégique Air

La carte stratégique Air est un outil cartographique permettant d’intégrer le critère de la qualité de l’air dans la conception de l’urbanisme. Elle permet aux porteurs de projets d’aménagement et aux urbanistes d’identifier les zones où la population est, ou pourrait être, exposée à des dépassements de seuils réglementaires. Développée par un groupe de travail national, la carte stratégique air a l’ambition de proposer un diagnostic simple et rapide « air/urbanisme » pour aider à la prise en compte de l’exposition de la population à la pollution atmosphérique dans la conception de l’urbanisme. Cet outil sera disponible sur le territoire régional dans le courant de l’année 2016.

 

Source : ATMO Auvergne-Rhône-Alpes

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum