Achats groupés : les perspectives de UniHA

Achats

UniHA (Union des Hôpitaux pour les Achats) organisait le 26 mai 2010 sa première convention fournisseurs. L’occasion pour le groupement de livrer quelques pistes d’améliorations et de dévoiler sa stratégie.

Le groupement Union des Hôpitaux pour les Achats (UniHA), né en 2005, rencontrait ses fournisseurs lors d’une première convention, à Paris. En 2010, le périmètre d’achat du groupement de coopération sanitaire était de 1,3 milliard d’euros contre 739 millions en 2009. 61 % des fournisseurs sont des TPE et des PME. Des fournisseurs lors de leur témoignage ont apporté leur pierre à l’édifice des améliorations à prendre en compte par le groupement. Pour Fabienne Pioch-Laval, directrice des Opérations Market Access du laboratoire pharmaceutique Brystol-Myers Squibb : « La gestion administrative est très complexe. La date d’entrée des établissements diffère dans un marché, c’est difficile à gérer. Pour un même établissement, la date peut être différente par lot voire sous lots. Notre logiciel étant incompatible, nous avons du mettre en place une gestion par produits ».

Autre difficulté relevée, la prise en compte, peu réaliste, des échelles de temps existantes entre la production industrielle et la notification des marchés. « Si nous avons des réponses très peu de temps avant le début du marché, nous rencontrons des problèmes dans l’organisation de la chaîne de production ». Concernant les dossiers de consultation des entreprises, la directrice note des améliorations, « notamment du côté des clauses particulières ». Aujourd’hui UniHA représente 28 % des gains de son entreprise pour la partie : secteur hospitalier. « Le laboratoire fournit une trentaine d’établissements dont trois d’entre eux représentent 55 % des gains ». Marc Lambert, coordonateur de la filière Produits de santé d’UniHA a pris le micro pour lui répondre :  « Nous travaillons au démarrage de consultations beaucoup plus en amont afin de prendre en compte les contraintes industrielles ». Concernant les dossiers de consultation des entreprises, il a ajouté qu’une démarche de certification était en cours.

La logistique à améliorer

Autres problèmes soulevés par les entrepreneurs, les petites commandes non regroupées : « Certains hôpitaux commandent pour 60 euros, et deux fois dans le même mois. Au coût du traitement de commande (estimé entre 100 et 200 euros), il y a des progrès à faire », expliquait Alain Ferrière, directeur commercial de la société Hydrex (8 à 10 % de son chiffre d’affaires avec UniHA). Jacqueline Grassin,  pharmacienne, coordinatrice filière produits de santé au CHU de Tours, lui a répondu que le groupement réfléchissait à des axes d’amélioration, notamment en jouant sur les prix « les hôpitaux qui assurent une bonne logistique pourraient obtenir de meilleurs prix que ceux qui n’ont pas de bonne pratique logistique. Pour le moment, nous n’avons pas les moyens de pénaliser les moins bons d’entre nous ».

2010-2010 : de nouvelles familles d’achats en perspectives

Le groupement sanitaire d’UniHA compte en 2010-2012 couvrir de nouvelles familles d’achats dont les gaz médicaux et les déchets hospitaliers. Par ailleurs, le groupement compte, au cours de cette période, améliorer le taux d’adhésion des membres sur les procédures mutualisées en travaillant sur ses cahiers des charges et développer et diffuser les processus innovants. Bien-sûr, elle encouragera la dématérialisation des procédures d’achats groupés. Un moyen de générer des gains supplémentaires comme la multiplication des comparaison des procédures d’achats utilisées sur le territoire et l’optimisation de l’utilisation des compétences du réseau.

Sa stratégie d’achat 2010-2011 : évaluer les offres en prenant en compte les coûts complets de possession et en décomposant les coûts d’acquisition, attirer les fournisseurs détournés de la commande publique hospitalière, resserrer le nombre de référence en partenariat étroit avec les professionnels et les métiers de l’hôpital et valoriser l’innovation dans le cadre de partenariats fournisseurs UniHA.

Valérie Siddahchetty

L'analyse des spécialistes

  • Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ? Urbanisme

    Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ?

    15/07/19
    Le projet de loi Orientation des mobilités, actuellement soumis à la Commission mixte paritaire, a ouvert la possibilité pour les présidents de conseils départementaux, les maires et les présidents d’établissement de coopération intercommunale (EPCI) d’augmenter à 90 km/h la limite de circulation sur les routes du réseau secondaire. Cela correspond à une volonté gouvernementale de les responsabiliser.
  • Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3 Loi Blanquer Éducation

    Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3

    11/07/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Les DGS entre transformation et statu quo Statut

    Les DGS entre transformation et statu quo

    10/07/19
    Le projet de loi de transformation de la fonction publique a consacré une large place aux directeurs généraux des services (DGS). Pourtant, malgré l'objectif visé de diversifier les profils par l'extension du recours aux contractuels dans les communes et les EPCI à fiscalité propre, la réforme n'a pas permis de clarifier les missions des DGS. Ce nouveau texte suscite deux types de tensions. D'une part, entre statutaires et contractuels puisque les premiers craignent des risques d'atteinte au statut de la fonction publique territoriale en raison de l'extension du recours aux seconds. D'autre part, les maires et les présidents d'EPCI n'ont pas accepté de transférer une partie de leurs compétences de gestion des personnels au profit des DGS.
  • Tous les articles juridiques