Les réseaux d’initiative publique, une arme contre la fracture numérique

Administration

La présence d’un réseau d’initiative publique (RIP) aurait des conséquences positives sur la fracture numérique et sur l’emploi dans les territoires, selon le 4e Observatoire des RIP.

Avec 600 000 prises FTTH aujourd’hui raccordables et sans doute un million d’ici la fin de l’année, les réseaux d’initiative publique (RIP) ont « un impact indéniable » sur le développement du très haut débit en dehors des zones très denses et sur la desserte des entreprises en fibre optique, constate l’Observatoire des RIP 2016. Ils fournissent près de 30 % des prises FTTH hors zones très denses. Dans plus de 4 800 communes, seuls les RIP permettent aux entreprises de bénéficier de la fibre optique. Ils offrent également une solution pour apporter le très haut débit à 9 000 communes qui ne seront pas couvertes, à moyen terme, par la fibre, grâce aux technologies radio ou satellite.

En outre, ces réseaux ont également un fort impact sur le développement de l’emploi dans les territoires, où ils favorisent la création d’entreprises et contribuent à réduire le taux de chômage de 0,7 % en moyenne par rapport aux territoires qui en sont dépourvus. Ils créent des emplois locaux, non délocalisables (travaux, génie civil, installation et maintenance d’infrastructures…), répartis sur tout le pays, malgré une prédominance en Île-de-France et en Auvergne-Rhône-Alpes. Des emplois très qualifiés, avec une forte proportion de techniciens (25 %), d’ingénieurs ou cadres techniques (38 %) et de commerciaux (14 %). Neuf entreprises interrogées sur dix prévoient d’embaucher pour leurs activités RIP dans les trois prochaines années.

Les RIP encouragent l’innovation et stimulent la concurrence. Leur impact sur les coûts de télécoms augmente le pouvoir d’achat ; en 2015, 145,4 millions d’euros ont ainsi été redistribués aux ménages et aux entreprises. En progression annuelle de 15 %, le chiffre d’affaires de la filière RIP a atteint 1,45 milliard d’euros en 2015.

Le quatrième Observatoire des RIP, mené par le cabinet Idate Digiworld pour le compte de la Fédération des industriels des réseaux d’initiative publique (Firip) et enrichi par la Caisse des Dépôts confirme donc l’importance des réseaux très haut débit pour l’attractivité et la compétitivité des territoires. Cet observatoire annuel est devenu l’indicateur national de référence.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum